Les questions agricoles à l'assemblée législative de la Seconde République (mai 1849-décembre 1851)

par Denis Boullier

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Philippe Vigier.

Soutenue en 1988

à Paris 10 .


  • Résumé

    En France, la proclamation de la Seconde République et l'institution du suffrage universel, à la mi-19e, entrainent l'irruption sur la scène politique d'un corps électoral compose de quelque 75% de ruraux. C'est un monde agricole en crise et "gorge d'hommes" dont on sollicite les suffrages. Comment les représentants élus du peuple à l'assemblée législative vont-ils prendre en compte ce nouvel enjeu politique ? Quelle sera la place des questions rurales et surtout agricoles, dans les travaux de l'assemblée ? Qu'ont fait ces 750 représentants pour l'agriculture entre mai 1849 et décembre 1851 ? 52 initiatives parlementaires traitant de 22 thèmes agricoles différents, 32 commissions, d'interminables débats mais seulement quatre lois votées dont une seule est véritablement novatrice : bien piètre bilan législatif pour cette assemblée élue par une large majorité de ruraux. Bipolarisation politique "droite-gauche", oppositions entre libéraux intransigeants et interventionnistes, antagonismes ville-campagne, contrastes culturels entre intellectuels du "barreau" et élus autodidactes, rivalités entre partisans de "l'Elysée" et opposants ; autant de facteurs qui ont contribué à l'impéritie de cette assemblée. Rien d'étonnant a ce que cette législative ait fait le lit d'un certain antiparlementarisme dont Napoléon trois devait être le premier à bénéficier. Une expérience politique dont les républicains tireront leçon pour faire de la 3e République celle des ruraux.

  • Titre traduit

    Agricultural points at the legislative assembly of the second republic (May 1849-December 1851)


  • Résumé

    In France, the proclamation of the Second Republic and the institution of universal suffrage in the mid nineteenth century led to the eruption on the political scene of an electoral body composed of some 75% of rural dwellers. The votes of an overpopulated agricultural world in crisis were suddenly much sought after. How are the people's elected representatives at the assembly going to come to terms with this new political force? What will be the importance of rural and in particular agricultural issues in the work of the assembly? What have these 750 representatives done for agriculture between May 1849 and December 1851? 52 parliamentary initiatives dealing with 22 different agricultural questions, 32 commissions, endless debates but only four laws voted through of which only one is really innovative: a pretty poor legislative showing for this assembly elected by a large majority of rural dwellers. Political right-left bipolarization, opposition between intransigent liberals and interventionists, town-country antagonisms, cultural dashes between the intellectuals of "the bar" and elected self-made autodidacts, rivalries between partisans of the Elyse and its opponents; such were the many factors which contributed to the ineffectiveness of this assembly. No wonder, then that this legislative should have laid the foundations for a certain anti-parliamentary from which Napoléon the third was to be the first benefit. A political experience whose lesson the Republicans were to draw upon in making the Third Republic on of rural dwellers.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (319, 84 f.)
  • Annexes : Bibliogr. p.310-315

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Nanterre. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T 7423

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH.MF.PA10.LET.1988
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.