Les débuts de l'art gothique en Auvergne

par Anne Courtillé

Thèse de doctorat en Art et archéologie

Sous la direction de Carol Heitz.

Soutenue en 1988

à Paris 10 .


  • Résumé

    Pares les raisons du choix du sujet, l'expose de la méthode et des difficultés un état de la question précède la présentation géographique et historique de la région et un point sur l'art roman auvergnat. Les prémices - abbatiales de Saint-Pourçain-sur-Sioule et d’Ébreuil - précèdent les étapes d’Aigueperse, de Riom, d’Ennezat et de Billom. Le troisième chapitre montre la présence d'éléments gothiques - bases a griffes, chapiteaux a crochets, portails - dans les édifices de structure encore romane. Puis sont analysées les églises ou les voutes d'ogives sont adoptées de façon ponctuelle et sans entrainer d'effet vraiment nouveau. Vient ensuite une série d'édifices ou l'ogive se répand au contraire. 94 églises ont ainsi été répertoriées pour une période entre 1160 et 1250. Situes surtout dans le nord-ouest et le long des Limagnes, ils témoignent d'une importante activité architecturale dont les promoteurs sont surtout monastiques mais aussi laïques dans le cadre notamment des villes neuves. Le poids de la tradition énorme tant dans l'éclairage, le mur épais que les supports ou la modestie des portails, s'y conjugue avec une capacité d'accueil remarquable du nouveau style, et d'amalgame, d'où des expériences multiformes et un éclectisme général ambiant. Rencontre de forces contradictoires internes et externes, mutation lente qui témoigne de la souplesse remarquable dont l'art gothique faisait finalement preuve, tel est le gothique débutant en auvergne. Des jalons étaient posés qui seraient revigores par le chantier de la cathédrale de Clermont à partir de 1248.

  • Titre traduit

    The beginnings of gothic architecture in Auvergne


  • Résumé

    This doctoral dissertation aims at showing the very early existence in Auvergne of gothic features, which appeared first in the abbey-churches at St-Pourcain-sur-Sioule and Ebreuil, followed by developments at Aigueperse, Riom and Billom. Chapter iii explains the adoption of such gothic elements as bases, capitals, portals in churches that, structurally, are still Romanesque. The next step was the adoption of rib-vaulting but in so limited a way that there was no alteration in the general aspect of churches. The last two chapters insist on the contrary on the wide-spread use of rib-vaulting. A list of 94 churches dating from 1160 to 1250 has been exanimated in this book. Most of these churches are located north-west of the Limagne basin alongside id and stand as witnesses of an important architectural activity promoted by the monasteries, but also by lay persons. The weight of tradition is still felt in the small windows, the thick walls or the vertical supports as well as in the size of portals, although one can observe a remarkable capacity for adopting the new style and therefore to combine new with old in a rather remarkable way, the aesthetic effect being one of multiplicity of forms and pervading eclectic. From 1248 onwards, the adoption of gothic features was to be encouraged by the building of the cathedral at Clermont.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (pagination multiple)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p.634-664. Index

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris Nanterre. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T 7344

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Paris-Est Créteil Val de Marne. Service commun de la documentation. Section multidisciplinaire.
  • PEB soumis à condition
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne. Fonds général.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TMC 89-651BIS
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne. Fonds général.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TMC 89-788
  • Bibliothèque : Institut national d'histoire de l'art. Collections Jacques Doucet (Paris). Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : MFiche 223/75
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.