La notion d'histoire chez Liu Zhiji (661-721), fonctionnaire, historien à l'époque des Tang

par Guy Gagnon

Thèse de doctorat en Études extrême-orientales

Sous la direction de Jean-Pierre Diény.

Soutenue en 1988

à Paris 7 .


  • Résumé

    Cette thèse se propose de montrer comment, par le biais d'une série d'exposés d'ordre méthodologique, un annaliste chinois du VIIIème siècle est parvenu à élaborer le premier traité de l'historiographie universelle qui ait tenté de saisir de façon rigoureuse l'ensemble du champ couvert par le genre historique, des origines à son époque, dans le but, non seulement de doter les fonctionnaires historiens de recettes susceptibles de parfaire les techniques de compilation des histoires officielles dont ils étaient chargés mais aussi de les inviter à une réflexion critique sur l'évolution du genre, sa portée politique et ses implications pour la mémoire collective. Cette étude est centrée sur la traduction commentée des quatorze premiers chapitres du shitong à laquelle s'ajoute celle du chapitre autobiographique (chap. 36) qui conclut la première partie (neipian) de ce traité et dans lequel l'auteur expose les buts de sa méthode et les circonstances de son élaboration. Elle s'accompagne d'une série de résumes détaillés condensant la matière des chapitres dont la traduction commentée ne pouvait encore être donnée dans son intégralité, de manière à permettre au lecteur de mieux saisir le contexte dans lequel se situait la problématique de l'auteur.

  • Titre traduit

    A tang "historian-functionary"'s notion of history : Liu Zhiji's shitong (661-721)


  • Résumé

    This thesis intends to show how a chinese analist of the eighth century succeeded, by means of a series of methodological accounts, in elaborating the world's first historiographical treatise that tries to grasp rigorously the whole field covered by the historical genre, from origins to his own time, with the aim, not only to endow "historian functionaries" with recipes able to improve techniques used to compile official histories they were made responsible for doing but also to invite them to a critical reflection upon the evolution of the genre, its political significance and its involvements for collective memory. The main part of the study consists in a commented translation of the fourteen first chapters of Liu's shitong, in addition to which was translated the autobiographical chapter (ch. 36) where the author expounds the purposes of his method and the circumstances of its elaboration. The study also gives a series of detailed summaries condensing the matter contained in chapters which could not be yet fully translated, in order to allow the reader to understand better the context in which the author developed his problematics inside the "inner part" (Neipian) of his treatise.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (641 f.)

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : TL (1988) 114
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : I 4= 14183-<1,2>

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH.MF.PA7.LETT.1988
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TMC 4053
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.