Formation d'une culture ouvrière féminine : les bonnetières troyennes : 1880 -1939

par Helen Harden Chenut

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Michelle Perrot.

Soutenue en 1988

à Paris 7 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Ce travail est base sur l'etude des archives ecrites et sur le recueil de sources orales. Il est centre autour de deux grands axes: l'evolution des rapports sociaux de classes et de sexes dans un tissu industriel ancien ou s'est formee une forte culture ouvriere a tradition revolutionnaire, et le processus de feminisation de la main-d'oeuvre en bonneterie au cours de la periode etudiee. Dans la premiere partie, il s'agit de savoir comment se definissent le partage des taches, la hierarchie des roles, les formes du pouvoir dans la transition d'un systeme de production artisanal au capitalisme industriel. Comment fonctionne la difference sexuelle dans le processus de formation de la classe ouvriere troyenne et dans les luttes sociales? la periode etudiee est marquee par trois grandes greves en 1900, 1921 et 1936. Dans la deuxieme partie il s'agit d'etudier comment s'est construite la difference sexuelle a travers les metiers feminins et la famille. Les bonnetieres ont-elles produit une culture qui leur soit propre, et quel est son rapport avec la culture dominante masculine? supposer la formation d'une culture ouvriere feminine permet de penser a une dynamique des rapports sociaux de sexes et d'expliquer la segregation des metiers, l'existence de savoirs techniques propres aux femmes, et le recours au travail a domicile. Cette culture feminine s'inscrit dans la realite des faits materiels et dans les representations. A travers l'etude des fetes de la bonneterie on analyse les valeurs et les symboles attachees au masculin et au feminin dans les representations du travail en bonneterie. La culture ouvriere feminine permet aux bonnetieres de se donner une identite positive, tandis que se poursuit la dequalification de leur travail vers la fin des annees 1930.


  • Résumé

    This study is based on archival sources and oral history testimony, and it addresses two sets of questions: (1) how did class and gender interests evolve within a work culture dominated by strong class conflict in an industrial town? (2) how and why did the feminization of the labor force take place during that particular period? under the first set of questions it was important to consider the transition from a family economy to an industrial wage economy. What was the way the sexual division of labor emerged and in what ways did it change? what was the role of the socialist movement, lead by the followers of jules guesde at the turn of the century, in shaping labor struggles and women's place in them? the period studied was marked by three important strikes in 1900, 1921 and 1936. The second set of questions lead to the hypothesis that the process of feminization created the conditions for a distinct women's work culture subsumed within the dominant male culture. I examine how gendered technology and skill definitions functioned to maintain job segragation and determine the tasks given to women, including piecework at home. The representations of work, notably at the fetes de la bonneterie, constitute symbolic and historical referents for delineating masculine and feminine roles and values in this work culture. In troyes women workers felt a strong class identity and their culture gave them a positive sense of themselves until the introduction of more taylorized practices transformed production and deskilled them.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2010 par Presses universitaires de Rennes à Rennes et par Conseil Général de l'Aube à Troyes

Les ouvrières de la République : les bonnetières de Troyes sous la Troisième République


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (409 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Diderot LARHRA (Lyon).
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • Accessible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2010 par Presses universitaires de Rennes et par Conseil Général de l'Aube à Rennes

Informations

  • Sous le titre : Les ouvrières de la République : les bonnetières de Troyes sous la Troisième République
  • Dans la collection : Histoire
  • Détails : 1 vol. (419 p.)
  • ISBN : 978-2-7535-1155-2
  • Annexes : Bibliogr. p. 399-415. Notes bibliogr.
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse\u00a0?