La mort et son espace chez les Beni Drar (Maroc)

par Mohammed Yachouti

Thèse de doctorat en Lettres

Sous la direction de Louis-Vincent Thomas.

Soutenue en 1988

à Paris 5 .


  • Résumé

    Comment préserver la conscience de la continuité de l'être après la mort, alors qu'on sait que le corps est voue au pourrissement? La dissolution du corps ne renvoie-t-elle pas à l'image insoutenable de l'anéantissement, c'est à dire en fin de compte de la mort-néant? Face à cette angoisse, l'imaginaire s'applique à se construire une symbolique servant à pallier une telle image : on purifie le corps du défunt, on le couvre, on l'enterre, on lui construit une "demeure", on lui rend visite, on le commémore. . . , bref, on le dissimule pour le conserver. Ainsi l'être est protège contre le néant et l'image de la mort survie est préservée et consolidée.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (451 f.)
  • Notes : Thèse non reproduite
  • Annexes : Bibliogr. f. 426-445

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Paris - Bibliothèque de Sciences Humaines et Sociales (Paris). Service commun de la documentation.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : I 4= 13721
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.