Effets cardiorespiratoires de la jet ventilation à haute fréquence

par Jean-Jacques Rouby

Thèse de doctorat en Médecine

Sous la direction de Alain Lockhart.

Soutenue en 1988

à Paris 5 .


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Cette thèse comporte deux parties distinctes. Une partie analytique sous la forme de dix articles publiés de 1983 à 1987 dans des revues internationales de langue anglaise analysant la physiopathologie de la Jet Ventilation à Haute Fréquence. Une partie de synthèse qui donne une vue d'ensemble sur les aspects techniques, méthodologiques et physiopathologiques de la Jet Ventilation à Haute Fréquence. La Jet Ventilation à Haute Fréquence est une technique de ventilation artificielle qui consiste à administrer des volumes courants beaucoup plus petits que ceux administrés en ventilation conventionnelle, à des fréquences égales ou supérieurs à 100 par minute. Les gaz, délivrés par un interrupteur de flux, sont administrés au patient par l'intermédiaire d'un système injecteur. Le volume courant délivré au patient résulte de l'addition au volume délivré par le respirateur d'un volume entraîné par effet Venturi. Le volume courant diminue avec la fréquence, augmente avec la pression d'alimentation du gaz, et n'est que peu influencé par les variations du rapport I/E. . La plupart des patients ayant une insuffisance respiratoire aiguë sont hypercapniques lorsque le volume courant est inférieur à 120 ml ; ceci suggère que la convention alvéolaire directe joue un rôle prédominant dans les échanges gazeux en cas de lésions pulmonaires. Le Jet Ventilation à Haute Fréquence est une ventilation en pression positive permanente, car elle augmente la capacité résiduelle fonctionnelle par trapping intra-alvéolaire de gaz. L'effet " PEEP " augmente avec le rapport I/E, la fréquence et la pression d'alimentation. La pression intratranchéale moyenne reflète la pression alvéolaire moyenne et est le principal déterminant de l'oxygénation en cas d'insuffisance respiratoire aiguë. Comme toute ventilation en pression positive permanente , la Jet Ventilation à Haute Fréquence diminue le retour veineux et augmente la post-charge ventriculaire droite. Cependant, en cas d'état de choc, les effets hémodynamiques de la Jet Ventilation à Haute Fréquence sont moins délétères que ceux de la ventilation conventionnelle, lorsque les deux techniques sont comparées au même niveau de ventilation alvéolaire et de distention thoracique. Cet effet bénéfique pourrait s'expliquer par une meilleure préservation, sous Jet Ventilation à Haute Fréquence, des mécanismes régulateurs de la pression artérielle.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (102 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de santé (Paris). Pôle médecine et odontologie.
  • Accessible pour le PEB
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de santé (Paris). Pôle médecine et odontologie.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.