Le fantastique balzacien

par Claude Casoli

Thèse de doctorat en Littérature française

Sous la direction de Max Milner.

Soutenue en 1988

à Paris 3 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Un auteur traditionnellement considere comme un romancier realiste ecrivant aussi des oeuvres fantastiques, puis renoncant a ce genre litteraire, voila de quoi surprendre. Comme tant d'autres, balzac aurait-il suivi une mode litteraire? comment comprendre et accpeter que des "fantaisies" qui font intervenir diable et diableries, puissent etre classees par notre auteur dans la partie qu'il voulait la plus serieuse de la comedie humaine, dans les etudes philosophiques? balzac joua-t-il vraiment le jeu? ses oeuvres fantastiques repondent-elles a une definition du genre? comment un tel recit qui tente de seduire par des moyens culturellement repertories, qui enonce la fictivite du genre dans ses premisses memes, peut-il, comme l'ecrit j. Bellemin noel, "fasciner, reduire l'autre, ici le lecteur, mais aussi l'auteur qui le choisit , pour lui vendre des choses qui n'existent pas"? comment ce genre hybride peut-il apparaitre comme la relation la plus rigoureusement construite tout en se nourrissant d'images et de situations surgies de l'inconscient collectif ou individuel, celui d'une epoque, celui d'un auteur? chez balzac, l'ambiguite ne porte pas sur le fait fantastique mais sur son origine, de sorte qu'elle est rarement maintenue jusqu'a la fin d'un recit bien souvent allegorique. De meme, l'intrusion de l'irrationnel ne constitue pas un aboutissement mais un element de depart du romanesque a partir duquel se determine la totalite de la fiction; l'analepse completive rend alors compte du sens a donner a cette intrusion.

  • Titre traduit

    The balzacian fantastic


  • Résumé

    An author traditionally considered as a realist novelist also writing fantastic works, then giving up this literary genre, that's a bit surprising. Did balzac, like many others, only follow a literary fashion after all? how are we to understand and accept that "fantaisies" dealing with the devil and the devily can be classified by the author in the part of "la comedie humaine" he wanted to be the most serious, in les etudes philosophiques. Did balzac really play the game? do his works of the fantastic correspond to a definition of the genre? how can a narrative which tries to reduce through culturally itemized means and expresses the imaginary aspect of the genre in its very beginnings, how can such a narrative, as j. Bellemin-noel writes it, "fasciner, reduire l'autre, here the reader, but also the author who chooses it , pour lui vendre des choses qui n'existent pas"? how can this hybrid genre appears as the most rigorously built up relation, whereas it is nurtured on images and situations arising from the collective or individual subconscious, that of an era, of a writer. In balzac, ambiguity is not focused on the fantastic fact but on its origin. So that it seldom persists till the end of the narrative which is often allegorical. Likewise, the intrusion of the irrational does not constitute the outcome but an element for the departure of the fantastic from which the whole fiction is determined

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (492 p.)

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Section Censier.
  • Accessible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Section Censier.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.