Les Obstacles aux progrès de la presse écrite dans le Sénégal contemporain : 1974-1986

par Alassane Diedhiou

Thèse de doctorat en Science de l'information et de la communication

Sous la direction de Pierre Albert.

Soutenue en 1988

à Paris 2 .


  • Résumé

    Par la complexité de ses circuits de diffusion, la diversité de ses organes, la multiplicité des intérêts qu'il met en jeu et par les facteurs humains, techniques et matériels qui participent de son fonctionnement, le secteur de la presse est sujet aux contingences de l'activité humaine. Dans un pays sous-développé comme le Sénégal, ces intéractions (entre système social et système de communication) revêtent une caractéristique particulière. L'analyse des différents aspects de la question laisse apparaître, d'une manière explicite, que les facteurs d'obstacle "aux progrès de la presse" sont multidisciplinaires : ils sont d'ordre politique, économique, juridique, sociologique et technologique. Au Sénégal, la presse a certes acquis, voire conquis, ses lettres de noblesse par la participation active dans la dynamique démocratique. Reste que ces acquis sont souvent éclipsés par la réalité dans laquelle baigne son action quotidienne. La pays manque de capitaux locaux. Et, pour peu qu'il en existe, on n'investit pratiquement pas dans le domaine de la presse. Les hommes d'affaires ne sont guère enclins à s'aventurer dans un secteur où, pour paraphraser Bernard Voyenne, la rentabilité relève souvent du "miracle". Les principales causes sont inhérentes au sous-développement : l'alphabétisme, avec son corollaire l'exigüité du marché de la presse. Dès lors, il n'est pas étonnant que la presse soit avant tout un phénomène urbain. Dakar, capitale politico-économique, reste le seul centre de diffusion et d'édition de la presse. D'autres facteurs d'explication s'y ajoutent : la faiblesse du pouvoir d'achat des populations, qui contraste avec la chèreté du prix de vente du journal (conséquence du renchérissement des coûts de production et de diffusion). On ne doit pas perdre de vue un élément (peut-être, celui qu'on soupçonne le moins) : le contenu des journaux. C'est bien connu : la presse sénégalaise pèche souvent par un excès d'intellectualisme. Ce qui, forcément, l'écarte des préoccupations essentielles des lecteurs et, de ce fait, entraîne une désaffection. Notre travail, sans déroger au traditionnel regard prospectif qui sanctionne toute critique constructive, a tenté de faire un diagnostic objectif de la situation.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (986 f.)

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque de l'Université Panthéon-Assas (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : DPA 88 DIE O
  • Bibliothèque : Bibliothèque Cujas de droit et de sciences économiques (Paris).
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : DT 1988-74,1
  • Bibliothèque : Bibliothèque Cujas de droit et de sciences économiques (Paris).
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : DT 1988-74,2

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Toulouse 1 Capitole. Service commun de la documentation. Bibliothèque de la Manufacture des tabacs.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : GM1521-1988-1349et 8982
  • Bibliothèque : Service interétablissements de Documentation (Saint-Martin d'Hères, Isère). Bibliothèque universitaire Joseph-Fourier.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MF-1998-DIE
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.