La pensée de Kobayashi Hideo 1942-1948

par Hiroyuki Ninomiya

Thèse de doctorat en Études extrême-orientales

Sous la direction de Jean-Jacques Origas.

Soutenue en 1988

à l'INALCO .


  • Résumé

    L'originalité de Kobayashi Hideo (1902-1983) à la fois comme écrivain et comme penseur s'affirma dans les années 1942-1948. La première partie est consacrée à l'étude des activités que mena l'écrivain au sein de l'équipe de la revue Bungakukai, notamment lors de la table ronde "Kindai no chokoku comment dépasser la modernité?" ( en juillet 1942 ). Dans ses prises de position face aux problèmes concernant la rencontre des civilisations apparaissent ses idées personnelles sur l'histoire, le rapport du mental et du corps, ou l'importance de la langue maternelle pour la pensée. La deuxième partie porte sur Mujo to iu koto ce qu'on appelle l'impermanence (1942-1946). L'analyse de l'œuvre met en lumière la signification profonde des "rencontres", qui se produisirent grâce à l'acte de se souvenir, entre certaines œuvres classiques et cette conscience critique moderne. La troisième partie traite "Watashi no jinseikan ma manière de voir la vie (1948) et dégage la dimension universelle de la "sagesse" qui s'appuie sur l'expérience vécue du beau. L'éthique et l'esthétique s'y trouvent foncièrement unies. L'"analogie" se révèle à travers ces trois parties comme fil conducteur de la démarche du penser chez Kobayashi Hideo.

  • Titre traduit

    The thought of Kobayashi Hideo 1942-1948


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    The originality of Kobayashi Hideo (1902-1983) both as a writer and a thinker became apparent between the years 1942 and 1948. The first section is concerned with the activities in which Kobayashi Hideo took part as a founding member of the literary magazine Bungakukai, and especially his participation in the round table entitled "Kindai no chokoku going beyond modernity" in July of 1942. His personal ideas on history, the relation between the mental and the physical, and the importance of one's native language in thought appear in the positions he takes regarding the problems inherent in the meeting of civilisations. The second section is development based on the work Mujo to iu koto the sense of evanescence (1942-1946). This analysis highlights the deeper meaning of "convergences", which occurred through the act of remembrance, between certain classics and Kobayashi Hideo 's modern critical consciousness. The third section deals with Watashi no jinseikan my view of life (1948) and exposes the universal dimension of "wisdom" which is based on the living experience of the beautiful. Here, ethics and aesthetics are inextricably united. Throughout the three sections, analogy appears as the constant in the treatment of thought by Kobayashi Hideo.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (419 f.)
  • Notes : Publication non autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 402-419

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH.337
  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH.C.337
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.