Stratégie monétaire et financière néo-libérale de développement : application à l'Afrique subsaharienne

par Rigobert R. Andely

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Sylviane Guillaumont.

Soutenue en 1988

à Clermont-Ferrand 1 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Depuis 1982, les pays africains subsahariens, à l'instar des autres pays en développement, sont confrontés à une grave crise d'endettement exterieur qui ébranle le schéma de financement basé sur le recours aux ressources extérieures. Dans ces conditions, l'étude de la stratégie monétaire et financière néo-libérale s'avère importante car, axée sur la mobilisation de l'épargne interne grâce à une politique de libéralisation financière, elle peut constituer l'alternative. Les tests économétriques effectués à partir des données des pays subsahariens confirment la justesse des thèmes développés par les ne��oliberaux (McKinnon et Shaw) : la demande d'encaisses réelles s'est averée sensible au taux d'intérêt et au ratio d'investissement pour les pays de l'UMOA (hypothèse de complémentarité). La performance économique du Zaïre sous le régime du flottement a montré la nécessité pour les pays africains de suivre une politique réaliste du taux de change. Pour accélérer l'approfondissement financier et accroître l'investissement puis la croissance, nous avons finalement recommandé aux pays africains d'adopter la stratégie monétaire et financière néo-libérale : augmentation des taux d'intérêt, démantèlement des règlementations bancaires inappropriées et adoption d'une politique réaliste du taux de change.

  • Titre traduit

    Neo-liberal monetary and financial strategy for development case study : subsaharian africa


  • Résumé

    Since 1982, subsaharian countries have been facing a huge external debt crisis. Under the circumstances, a study of mckinnou and shaw's alternative financial strategy, called "neo-liberal strategy", appears necessary, as we know that the two american economists emphasize on the role of domestic financial resources and claim that the development of poor countries depends mainly on the financial policy choices made by the national authorities. As they claim, the empirical tests carried out with subsaharian countries data show that the investment ratio (or domestic saving) and more importantly the interest rate affect positively the demand for real cash balances. In addition, the zairian economic out come under the floating regime in 1984 1986 indicates that a realistic exchange rate policy is desirable. So, in order to accelerate the financial deepening with a view to boost economic growth, we recommend african nations to implement mekinnon and shaw's strategy by increasing interest rates, removing out the actual banking regulatory framework, following a realistic policy of exchange rate and giving more independence to their central banks.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Clermont Auvergne. Bibliothèque Droit Economie Management.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.