La destinée posthume de Renan de 1892 à 1923 : essai sur une réception idéologique

par Maurice Gasnier

Thèse de doctorat en Littérature française

Sous la direction de Jean Balcou.

Soutenue en 1988

à Brest .


  • Résumé

    L'oeuvre de Renan a donné lieu de 1892 à 1923 à de multiples interprétations, tributaires de trois idéologies : celles de la république, de l'église et de la droite révolutionnaire. La république honore Renan pour avoir sapé, au nom de la science, les fondements de la religion, contre la puissance politique de laquelle les républicains doivent lutter pour affermir leur régime. L'église catholique, après avoir avec virulence condamné Renan fera de lui l'initiateur du modernisme. Les églises juive et protestante, malgré des reserves, reconnaîtront ses mérites. Calomnié par les cléricaux et la presse conservatrice, rRenan devient le propagateur d'une maladie nouvelle, le dilettantisme, et à la fin du siècle, les tenants du renouveau spiritualiste s'opposeront à sa pensée. Son scientisme, son souci d'éducation et son individualisme aristocratique placent Renan du côté des républicains élitistes. Les bien-pensants l'accusent d'être anarchiste. La droite révolutionnaire veut en faire son maître à penser mais le rejettera pour sa germanophilie, son philosémitisme et son décadentisme prétendu. La république avait trouvé dans la pensée de Renan un moyen d'affermir son idéologie, d'où le réductionnisme dont participe la lecture que les républicains-et les autres-firent de cette oeuvre.

  • Titre traduit

    The posthumous destiny of Renan from 1892-1923. An essay on an ideological interpretation


  • Résumé

    The work of Renan resulted, between 1892 and 1923 in a number of interpretations, paying tribute to three ideologies : those of the republic, the church and the revolutionary right. The republic honoured renan for having weakened, in the name of science, the foundations of religion, against whose power the republicans had to struggle to strengthen their regime. The catholic church, after having violently condemned Renan, made of him the initiator of modernism. The jewish and protestant churches, despite some reservations, recognized his merits. Slandered by the clericals and the conservative press, renan became the propagator of a new sickness, dilettanteism, and, at the end of the century, the partisans of the renewal of a spiritual philosophy opposed his philosophy. His scientism, his desire to educate and his aristocratic individualism put Renan on the side of the elitist republicans. The bourgeoisie accused him of being an anarchist. The revolutionary right wanted to make him its intellectual leader but then rejected him as a germanophile, as a pro-semite and for what it alleged was his decadence. The republic found in Renan's philosophy a means of strengthening its own ideology whence the partial reading given to his work by the republicans-and others.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (435 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Bretagne Occidentale. Service commun de la documentation. Section lettres et sciences sociales.
  • Accessible pour le PEB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université de Lille. Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de Sciences Humaines et Sociales.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 1988BRES1005
  • Bibliothèque : Université Paris-Est Créteil Val de Marne. Service commun de la documentation. Section multidisciplinaire.
  • PEB soumis à condition
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.