Villages en pays bigouden fouesnantais et glazik : étude toponymique

par Albert Deshayes

Thèse de doctorat en Études régionales

Sous la direction de Léon Fleuriot.

Soutenue en 1987

à Rennes 2 .


  • Résumé

    La toponymie est l'étude des noms de lieux. Le toponyme qui n'est plus qu'un repère permettant la localisation d'un village reste cependant un témoin du passe parvenu jusqu'à nous sous une forme figée ou très évoluée. Le toponyme comprend, en général, deux composants juxtaposés ou reliés entre eux par un article. Des sa naissance, le compose a été soumis aux lois de la linguistique ; les composants ont alors perdu toute vie propre et n'ont plus forme qu'un tout, l'un agissant sur l'autre. Le toponyme se compose généralement d'un terme descriptif complété par un qualificatif, un appellatif, un anthroponyme ou un nom de lieu. Ce terme apparaît parfois en position enclitique. Le toponyme peut aussi n'être qu'un anthroponyme après syncope de l'élément initial. Le toponyme est un témoin géographique ; il décrit le lieu qu'il dénomme et s'applique au relief, à la nature du sol, à l'hydrographie, à la végétation, à l'agriculture ou aux voies de communication. Le toponyme est aussi un témoin historique ; il conserve le souvenir de l'implantation de l'homme à une période donnée de son histoire : néolithique, périodes pré-bretonne, bretonne, moyen âge, temps modernes ; il rappelle l'origine du peuplement : religieux, seigneurial ou roturier. Apres un exposé de la configuration territoriale des paroisses et de leurs trêves sous l'Ancien Régime et de la formation des communes après la Révolution de 1789, on passe à une discussion critique des sources et des méthodes en insistant sur le fait que la recherche des formes anciennes est primordiale pour arriver à saisir la signification des toponymes et de ne pas s'en tenir qu'à des hypothèses. Chaque toponyme est ensuite classé et étudié suivant les thèmes définis ci-dessus


  • Résumé

    Toponymy studies the place-names. The place-name which is no more than a mark permitting the localization of a hamlet, remains, however, a proof of the past, come down to us, under a set form or a very advanced one. The place-name includes, as a general rule, two constituents placed side by side or joined between them by an article. From its birth, the compound has been bound to the rules of linguistics. The composants have, then, lost their own life and have only formed a word, one acting on the other. The place-name is generally constituted by a descriptive term completed by an epithet, a substantive, a person-name, or by a place-name. This term seems, sometimes, in an enclitic position. The place-name may be a person-name after syncope of the initial element. The place-name is a geographical proof ; it describes the place that it names and applies itself to the relief, the nature of the ground, the hydrography, the vegetation, the agriculture or to the lines of communication. The place-name is also an historical proof; it preserves the souvenir of the human's establishment at a period of his history: Neolithic, prebreton, Breton periods, middle ages, modern times; it remains the beginning of the peopling: religious, seigniorial or common. After an exposition on the territorial lie of parishes and their subdivisions under the old regime and on the formation of the communs after the French revolution, we pass to a critical discussion of the origins and the methods by insisting on the fact that the quest of ancient forms is primeval to arrive to understand the meaning of place names and not only to accept assumptions. Every place-name is, then, classified and studied according to the themes supra

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (IX-917 f.)

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Rennes 2 - BU centrale (Rennes).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TR RENNES 1987/13/1
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.