Élargissement de la variabilité génétique chez Medicago sativa L. Par hybridation somatique : intérêts et limitations

par Evelyne Téoule

Thèse de doctorat en Sciences biologiques

Sous la direction de Yvette Dattée.

Soutenue en 1987

à Paris 11 , en partenariat avec Université de Paris-Sud. Faculté des Sciences d'Orsay (Essonne) (autre partenaire) .

Le jury était composé de Yvette Dattée.


  • Résumé

    Le genre Medicago appartient à la famille des Légumineuses; il comprend plus de 50 espèces largement réparties dans le monde. Une faible part de richesse génétique est exploitée. En effet l’espèce M. Sativa et dans une moindre mesure l’espèce M. Falcata constituent la base génétique de l’espèce cultivée. La sélection classique a donné beaucoup de résultats mais actuellement certains problèmes tels l’amélioration du rendement sont difficiles à résoudre. C’est pourquoi un travail sur l’augmentation de la variabilité génétique au sein de l’espèce cultivée a été entrepris. L’objectif était l’exploitation des espèces sauvages, la plupart de celles-ci ne se croisant pas avec M. Sativa, l’hybridation somatique a été choisie comme outil de travail. Une collection d’espèces sauvages a été testée pour l’aptitude à la culture de protoplastes. Des régénérations de plantes ont ainsi été obtenues sur des espèces proches de M. Sativa (M. Varia, M. Tianshanica, M. Falcata, M. Hemicycla and M. Coerulea). Sur les espèces plus éloignées, les résultats vont de l’absence de divisions à la formation de cals. Chez M. Sativa plusieurs variétés sont aptes à la culture de protoplastes. Des hybridations somatiques ont été tentées pour 47 combinaisons entre des types sativa (ou proches) et des types sauvages. Des plantes ont été obtenues à partir de 6 combinaisons de fusion différentes: M. Sativa et M. Arborea. M. Sativa et M. Polymorpha, M. Sativa et M. Jupulina, M. Sativa et M. Romanica. M. Sativa et M. Falcata. L’analyse de marqueurs morphologique et d’isoenzymes ainsi que les critères de fertilité n’ont pas permis de conclure à la nature hybride de ces plantes. Toutefois de fortes perturbations morphologiques et chromosomiques (polyploïdie) ont été observées. Des hybrides somatiques M. Sativa + M. Falcata précédemment obtenus ont été observées en champ et en serre. Il ressort de ces études un comportement particulier des hybrides au niveau somatique (instabilités phénotypiques ponctuelles) et au niveau reproducteur (difficultés de croisement). Par ailleurs un caractère d’intérêt agronomique (production de stolons) absent chez les 2 parents et chez l’hybride sexué est apparu chez un des hybrides somatiques. Une réflexion sur l’intégration de l’hybridation somatique en amélioration des plantes est ensuite envisagée en tenant compte de l’ensemble de ces résultats.

  • Titre traduit

    Enlargement of genetic variability in medicago sativa through somatic hybridation


  • Résumé

    Genus Medicago belongs to leguminous tribe; it includes more than 50 species widely scattered all over the world. A small part of this genetic wealth is used. For the species M. Sativa and ln a lower part M. Falcata compose the genetic basis of the cultivated species. Classical plant breeding has given a lot of results but presently some problems like yield improvement are difficult to solve. It is the reason why a work dealing with genetic variability increase within the cultivated species has been under­ taken. The main aim is utilization of species, most of them don't cross sexually with M. Sativa, so somatic hybridization is the tool we used. Wild species of a collection were tested for protoplast culture. Plant regeneration has been obtained with some species akin to M. Sativa (M. Varia, M. Tianshanica, M. Falcata, M. Hemicycla and M. Coerulea). With remote species we obtained callus, or just some divisions or even no divisions. Plant regeneration from protoplast can be obtained with several cultivars of M. Sativa. Somatic hybridization has been tried on 47 combinations of saliva types and wild types. Plants have been obtained from 6 different ones: M. Sativa and M. Arborea. M. Sativa and M. Polymorpha, M. Sativa and M. Jupulina, M. Sativa and M. Romanica. M. Sativa and M. Falcata. Morphological markers, isoenzymes were analysed either was fertility: nothing allowed us to identify somatic hybrids. Yet we noticed great disorders in morphology and ploïdy level. Somatic hybrids we got previously have been studied in field and in greenhouse. Their behaviour is quite special on somatic level (punctual phenotypic instabilities) and on reproductive level (troubles in crossing). Otherwise an interesting agronomy feature, (stolons production), has appeared on one of the somatic hybrids although missing on the 2 parents an on the sexual hybrid. Consideration about introducing somatic hybridization ln plant breeding is done lacking ail these results into account.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (218 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 201-218

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris-Sud (Orsay, Essonne). Service Commun de la Documentation. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 0g ORSAY(1987)433
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH2014-034769
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.