Production par les cellules glomérulaires humaines et de rat d'une cytokine à activité interleukine-1

par Rose-Marie Yerouchalmi-Desmottes

Thèse de doctorat en Sciences médicales. Immunologie

Sous la direction de Marie-Dominique. Erard.

Soutenue en 1987

à Paris 11 , en partenariat avec Université de Paris-Sud. Faculté des Sciences d'Orsay (Essonne) (autre partenaire) .

Le président du jury était Jacques Pillot.

Le jury était composé de Marie-Dominique. Erard, Chantal Rousselot-Damais, Philippe Druet, Jacques Pillot, Pierre Galanaud.

Les rapporteurs étaient Philippe Druet.


  • Résumé

    Nous avons montré que les glomérules humains et de rat synthétisent une cytokine à activité Interleukine-1 qui induit la prolifération des thymocytes en présence de PHA. Nous avons précisé certaines caractéristiques de la sécrétion de cette cytokine. Sa synthèse nécéssite l'intervention d'un signal apporté dans notre modèle par le LPS. La cytokine formée est sécrétée au fur et à mesure de sa production. Elle est détectable dans le milieu de culture après un temps de latence de 6h environ et atteint un maximum au bout de 24h d'incubation des cellules glomérulaires. Sa synthèse n'est pas influencée par la synthèse des prostaglandines qui sont produites en même temps par les cellules rénales. Par contre, sa production est inhibée par l'hydrocortisone. Des arguments immunologiques et biophysiques permettent de penser que la cytokine appartient à la famille de l'interleukine-1. Son activité biologique est inhibée par un antisérum de lapin polyclonal anti-IL1 humaine. Son poids moléculaire apparent est similaire à celui attribué à l'IL1 monocytaire et à ses précurseurs. En effet la purification partielle par gel filtration montre que son activité est liée aux fractions de 15 à 30 Kd. De plus une activité mitogène est également trouvée de façon constante dans la fraction de 2 Kd, évoquant un des facteurs à l'activité de petit poids moléculaire décrit dans l'urine humaine normale. Nos résultats suggèrent que ces facteurs urinaires provenant sans doute du clivage protéolytique de l'IL1 sont produits activement par les cellules rénales. Enfin, diverses étapes de dissociation enzymatique et de cultures cellulaires à long terme nous ont permis de montrer que les sous-populations de cellules adhérentes glomérulaires et parmi celles-ci les cellules épithéliales et surtout mésangiales sont responsables de cette production. En conclusion les cellules rénales en réponse à une agression par des produits bactériens peuvent produire une cytokine proche d'1IL1. Cette cytokine pourrait être impliquée dans les phénomènes inflammatoires et immunologiques fréquement observés dans les glomérulonéphrites.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (129 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p.105-126

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris-Sud (Orsay, Essonne). Service Commun de la Documentation. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 0g ORSAY(1987)320
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH2014-034648
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.