Étude des collisions centrales dans les réactions induites par ions lourds aux énergies intermédiaires par la méthode des corrélations angulaires des fragments de fission

par M'Hamed Mostefaï (Mostefai͏̈)

Thèse de doctorat en Physique nucléaire et physique des particules

Sous la direction de Claude Volant.

Soutenue en 1987

à Paris 11 , en partenariat avec Université de Paris-Sud. Faculté des Sciences d'Orsay (Essonne) (autre partenaire) .

Le président du jury était Henri Sergolle.

Le jury était composé de Henri Sergolle, Claude Volant, Daniel Guerreau, B. Heusch.


  • Résumé

    Les collisions entre ions lourds sont étudiées dans le domaine de l'énergie de Fermi par la méthode des corrélations angulaires entre fragments de fission qui permet de déterminer le taux d'impulsion transféré. La mesure des masses de ces fragments permet de déduire les énergies d'excitation atteintes dans les noyaux résiduels. Les résultats présentés concernant essentiellement le bombardement d'une cible de thorium par un faisceau d'argon de 31 à 44 MeV par nucléon et par un faisceau de nickel de 20 à 30 MeV par nucléon. Sur la cible de thorium les corrélations angulaires présentent deux composantes l'une dûe à la fission séquentielle de la cible et l'autre aux collisions centrales dont la contribution diminue avec l'énergie incidente. Le moment linéaire transféré pour les collisions centrales ne correspond pas au transfert complet mais présente une limitation qui est bien reproduite par un modèle simple tenant compte de l'interaction nucléon-nucléon et par un modèle d'émission de prééquilibre. Ce dernier calcul prédit aussi des énergies d'excitation et des masses des systèmes composites en accord avec les mesures. La forme des corrélations angulaires et leur évolution avec l'énergie incidente sont expliquées qualitativement à l'aide d'un modèle d'abrasion-ablation. Les données expérimentales ne permettent cependant pas de distinguer si la limitation en énergie d'excitation dans les noyaux résiduels ou les propriétés de la voie d'entrée sont responsables de la disparition des collisions centrales. Une suggestion en termes de deux mécanismes est faite pour expliquer les grands transferts : l'un dû aux collisions périphériques stables avec l'énergie incidente, l'autre dû aux collisions centrales pour lesquelles la compression plus grande ferait abaisser la température cri­ tique et ainsi décroître la section efficace.

  • Titre traduit

    Study of central collisions in heavy ion induced reactions at intermediate energies by means of fission fragment angular correlation methods


  • Résumé

    Heavy ion collisions are studied in the ferrmi energy domain by means of the angular correlation method which allows to determine the amount of transferred linear momentum. Fragment mass measurements permit to deduce the excitation energies reached in the residual nuclei. The present results essentially deal with reactions, induced on a thorium Target by an argon beam from 31 to 44 mev per nucleon and by a nickel beam from 20 to 30 mev per nucleon. With the thorium target, the angular correlations show two components, One due to the sequential fission of the target, the ether due to the central collisions, the contribution of which decreases with the incident energy. The transferred linear momentum for these central collisions does not correspond to the full transfer but shows a limitation well reproduced by a simple model taking into account the nucleon-nucleon interaction and by a preequilibrium emission model. This last calculation predicts also the excitation energies and the mass of the composite systems in agreement with the mass measurements. The shapes of the angular correlations and their evolution with bombarding energy are qualitatively explained through an abrasion-ablation model. However, the experimental data do not permit a discrimination between an excitation energy limitation in the residual nuclei and entrance channel properties to be responsible of the central collision disappearance. One suggests an explanation of the high transfers in terms of two mechanisms: one due to peripheral collisions stable with the incident energy, the other one arising from central collisions for which the larger compression would lower the critical temperature and so decrease the cross section.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (102 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. [99]-102

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris-Sud (Orsay, Essonne). Service Commun de la Documentation. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 0g ORSAY(1987)196
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH2014-034525
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.