Absorption et assimilation des nitrates en relation avec l'utilisation des photosynthétats chez le blé Triticum Aestivum L. : influence de la nutrition nitrique et de l'alimentation en eau

par Ahmed Talouizte

Thèse de doctorat en Sciences naturelles

Sous la direction de Marie-Louise Champigny.

Soutenue en 1987

à Paris 11 , en partenariat avec Université de Paris-Sud. Faculté des Sciences d'Orsay (Essonne) (autre partenaire) .

Le président du jury était Pierre Gadal.

Le jury était composé de Louis Salsac, François Larher, Claude Lioret, Pierre Gadal, Alexis Moyse, Marie-Louise Champigny.


  • Résumé

    L’étude est conduite avec de jeunes plantes de Blé de trois semaines. Elles représentent un système simple constitué des trois organes qui permettent les relations fondamentales d’échanges métaboliques entre les feuilles assimilatrices du carbone et les racines par lesquelles l’absorption des nitrates est contrôlée. Il s’agit d’une feuille adulte donneuse de phytosynthetats, et de deux receveurs qui sont en compétition pour les assimilats, racines et jeune feuille en croissance. L’outil utilisé pour modifier la distribution et le métabolisme au 14c fixe, en relation avec l’absorption et l’assimilation des nitrates est la privation azotée pendant quelques jours et sa variante, la réalimentation des plantes privées, ce qui permet de créer des plantes pauvres et des plantes riches en nitrate. Le déficit hydrique est induit par l’addition de polyéthylène glycol dans le milieu de culture pendant des temps de 7 à 36 h. Dans les plantes toujours riches en nitrate, la distribution des photoassimilats est en faveur des receveurs aériens. Dans les plantes pauvres, elle est en faveur des racines. Celles-ci s’enrichissent alors en glucides et croissent activement en mobilisant les réserves d’azote pré-existantes à la privation. Les racines contribuent pour environ 50 % à la réduction des nitrates dans la jeune plante de blé. Le double marquage 14C/15N a permis de déterminer que lors de la levée de privation par apport de nitrate dans le milieu, une active synthèse protéique prend place dans les racines, utilisant les chaines carbonées et probablement l’énergie des glucides. Lors de la réalimentation en nitrate des plantes privées, les vitesses d’absorption et d’assimilation sont étroitement liées à la teneur en glucides des tissus racinaires. Les glucides racinaires est de stimuler l’absorption. La réduction de cet anion dépend davantage du flux de nitrate que de l’état glucidique des tissus. Le déficit hydrique diminue la fixation de carbone, mais la translocation des photoassimilats se poursuit à court terme. L’action du déficit hydrique sur l’absorption et l’assimilation du nitrate dépend de la nutrition azotée reçue antérieurement par les plantes. Alors que l’influx apparait insensible. L’efflux de nitrate est inhibé par le déficit hydrique.

  • Titre traduit

    Absorption and assimilation of nitrate in relation with photosynthate utilization in wheat, triticum aestivum L. Seedlings influence of nitrate nutrition and water supply


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (pagination multiple [ca 190] p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr., 21 p.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris-Sud (Orsay, Essonne). Service Commun de la Documentation. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 0g ORSAY(1987)185
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH2014-034516
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.