Critique de la notion de transfert technologique : cas algérien

par Mohand Renai

Thèse de doctorat en Sciences politiques

Sous la direction de Lucien Sfez.

Soutenue en 1987

à Paris 9 .


  • Résumé

    La technologie n'a de sens réel qu'à partir de son application utilitaire. C’est en l'érigeant en image libératrice et progressiste qu'elle est devenue la seule voie de développement et partant, une source de pouvoir important à son détenteur. Les pouvoirs politiques s'accommodent de cette image qui leur fournit leur grande légitimation et leur facilite leur ancrage dans la société. En contrepartie, la technologie absorbe en ces pouvoirs politiques les sphères de la civilisation. Cependant, le transfert technologique voulu organique, ne suffit pas à faire face aux résistances culturelles d'un corps social qui n'arrive pas a s'identifier aux changements rapides imposés par la technologie. D’où les incohérences. Le cas de l'Algérie est révélateur en la matière.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris-Dauphine (Paris). Service commun de la documentation.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.