Le role de l'ecoute dans l'apprentissage de la lecture et ses difficultes

par François Naubron

Thèse de doctorat en Sciences de l'éducation

Sous la direction de Tran-Thong.

Soutenue en 1987

à Paris 8 .


  • Résumé

    Nombreux sont les individus maitrisant avec difficulte le langage ecrit alors que leur langage oral est apparemment normal. Le langage est un systeme de communication utilisant des unites signifiantes : les mots. Ces unites peuvent se decomposer en phonemes a l'oral et en graphemes a l'ecrit. L'alphabet phonemo-graphemique permet, malgre certaines divergences, d'etablir des liens directs entre ces types de structures. De nombreux auteurs ont pense qu'un deficit d'analyse auditive qualitative ne permettait pas une integration suffisamment precise de la structure phonemique du mot. L'ecoute se distingue de l'audition par l'activation des capacites d'analyse permettant la consciencialisation et l'interpretation de l'information. Toutefois, ces auteurs ont etudie separement l'analyse auditive de sons et l'analyse phonetique de structures linguistiques, ne permettant pas d'evaluer l'influence de l'ecoute dans la maitrise phonemique et le passage a l'ecrit. Nous avons developpe une batterie d'epreuves nous permettant de confronter les capacites d'analyse frequentielle, d'analyse phonemique et de synthese phonemique, ainsi que de memorisation de rythme, avec les erreurs de lecture ou d'ecriture et avec les principaux facteurs intellectuels. Les recoupements entre analyse spectrale et analyse phonemique ne sont pas suffisants pour ne considerer qu'une seule hypothese auditivo-phonemique des echecs dans le langage ecrit. Nos resultats montrent que l'ecoute intervient aussi dans la constitution du repertoire semantique et perturbe surtout le developpement de structures phonetico-semantique des mots. Ce serait surtout la mauvaise integration de ces dernieres qui freinerait l'acquisition de l'ecrit. Ce deficit perturbe plus le langage receptif (decouverte du sens de l'enonce) que le langage expressif (transcription de mots ou d'idees). De meme, il gene plus l'ecrit que l'oral du fait du debit d'integration plus lent. Ces derniers points sont discutes.

  • Titre traduit

    The role of listening in the learning of reading and its difficulties


  • Résumé

    There are many people who dominate with difficulties the skill of written language while their command of oral language is normal, apparently. A language is a system of communication which uses significant units : words. These units are made of phonemes in the oral skill and graphemes in the written one ; the phonemo-graphemic alphabet allows us in spite of divergences to establish direct links between these types of structures. Many authors have said that a deficit in the qualitative aural analysis does not allow a sufficiently precise integration of the phonemic structure of words. Listening differs from hearing in the activation of the capacities of analysis, allowing the consciencialisation and the interpretation of the information. But, these authors have studied separately auditory analysis and phonetic analysis of linguistics structures, not allowing to evaluate the influence of listening in the phonemic command and transition to writing. We have developed a set of tests which allows us to contrast the skills of frequency analysis, phonemic analysis, phonemic synthesis and rhythm with the reading or writing and intelligence. The relatinoship between spectral and phonemic analysis is not enough not to consider but one aural-phonemic hypothesis of the mistakes in the written language. Our results show that listening also takes part in the making of the semantic repertoire and upsets mainly the development of the phonetic-semantic structures of words. It could be mainly the bad integration of the latter which would slow down the acquisition of writing. This deficit upsets the receptive language (discovery of the meaning of statement) more than the expressive language (transcription of the words or ideas). In the same way it disturbs the written language more than the oral language because of a slover integration debit. These latter points are controversial.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 246 f

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis (Sciences humaines et sociales-Arts-Lettres-Droit). Service Commun de la Documentation. (Saint-Denis) .
  • Accessible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis (Sciences humaines et sociales-Arts-Lettres-Droit). Service Commun de la Documentation. (Saint-Denis) .
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 2562 THB
  • Bibliothèque : Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis (Sciences humaines et sociales-Arts-Lettres-Droit). Service Commun de la Documentation. (Saint-Denis) .
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 2563 THB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université de Lille. Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de Sciences Humaines et Sociales.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 5417-1987-587
  • Bibliothèque : Université Paris-Est Créteil Val de Marne. Service commun de la documentation. Section multidisciplinaire.
  • PEB soumis à condition
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne. Fonds général.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TMC 89-740
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.