Familles noires et culture afro-américaine

par Hélène Le Dantec-Lowry

Thèse de doctorat en Études nord-américaines

Sous la direction de Geneviève Fabre.

Soutenue en 1987

à Paris 7 .


  • Résumé

    Ce travail a pour objet l'examen des réseaux domestiques noirs aux Etats-Unis dans le cadre d'une culture minoritaire dans l'Amérique blanche dominante. Apres une analyse historiographique, l'auteur examine les relations de couple, la socialisation de l'enfant et l'organisation de la famille noire puis ses rapports avec deux autres institutions communautaires: l'église et la rue du ghetto. Cette étude a étè réalisée a St Louis (Missouri) a partir d'entretiens avec des personnes travaillant pour ou sur le groupe noir ou des témoins de la communauté même différant selon l'age, le statut économique et le lieu de résidence. La famille noire est apparue comme étant une unité économique, sociale, mais aussi culturelle, située au cœur du débat politique et idéologique américain. Elle marque les rapports des noirs entre eux comme avec la société globale. Il n'y a pas un seul modèle familial mais plutôt des groupes domestiques varies qui changent suivant l'appartenance de classe, le degré d'intégration dans l'Amérique blanche. Cette diversité peut engendrer conflits ou ambiguïtés au sein des familles. La famille noire apparaît tour a tour comme le lieu de l'acculturation et le dépositaire des spécificités culturelles. C'est en son sein que peuvent se reproduire les différences sociales ou que se réalise le regroupement alors qu'un nombre croissant de noirs sont intègres dans la société dominante mais que le racisme concerne toujours le groupe en entier. Si l'acculturation et le statut social passent par les familles, celles-ci sont aussi des lieux de mémoire et de négritude


  • Résumé

    This study examines domestic networks in the united states within a minority culture in white america. After a historiographic analysis, the author examines male-female relationships, child sociolization and the organisation of the black family, as well as its relations to two other black institutions : the church and the ghetto. The study was made in st louis, missouri, based on interviews with persons working among blacks or with members of the community itself varying in age, economic status and place of residence. The black family appears not only as an economic and social, but also cultural, unit at the center of american political and ideological debate; it reflects the relationships among blacks and with the wider society. There is not a single pattern but rather a variety of family types that change with class status and the level of integration into white america. This diversity may lead to conflicts and ambiguities within families. The black family is the center of acculturation but can also be the place where cultural specificities are preserved. It is within the family that social differences may occur, but also that blacks be reunited despite disparities as an increasing number are now integrating into the wider society while the entire group is still discriminated against. Domestic groups are also "lieux de memoire" in which blackness is expressed and reaffirmed

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 451-474

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TL (1987) 160
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.