L'analyse des couts d'enseignement dans l'etat d'imo au nigeria

par ONYEMA BEN NWOSU

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Pierre Ansart.

Soutenue en 1987

à Paris 7 .


  • Résumé

    La plupart des pays africains, y compris le nigeria, ont augmente regulierement leurs depenses publiques d'education depuis leur independance. Mais pour la raison de la faible croissance economique et de la montee du chomage des diplomes dans la region, les ressources publiques allouees a l'enseignement sont generalement en baisse depuis la deuxieme moitie des annees 1970. Malgre la tendence generale a diminuer les depenses d'education, la croissance rapide d'effectifs scolaires dans l'etat d'imo du nigeria fait monter regulierement la part de l'education dans le budget de l'etat. La part de l'education dans le budget familial augmente aussi, mais tous les couts que les familles imputent a l'enseignement n'y appartiennent pas. Certains couts de l'enseignement ont l'incidence directe sur le produit de l'education. Ce sont les frais de scolarite, les depenses des materiels et d'equipements scolaires, les salaires, etc. Il y a aussi les couts indirects de l'education. Ce sont le temps consacre aux etudes, le manque a gagner de l'etudiant, le cout d'opportunite de la societe, etc. Le troisieme cout est ce qu'on appelle les couts annexes. Le probleme du financement de l'education dans l'etat d'imo remonte jusqu'a l'annee 1970, l'annee qu'on a mis fin a l'enseignement prive dans l'etat. L'annee 1976 a vu naitre le programme d'enseignement primaire gratuit. En 1978, le gouvernement federal du nigeria qui s'engageait a financer integralement ce programme est revenu sur sa decision. L'augmentation rapide d'effectifs scolaires provoquee par ce programme augmentait la charge a supporter par l'etat d'imo. Dans l'etat d'imo, la participation des entreprises au financement de l'education n'existe pratiquement pas. L'expansion du systeme d'enseignement a entraine l'augmentation des depenses d'education, 8% du budget de l'etat en 1970 et 20% du budget de 1983. Malgre l'augmentation en pourcentage du budget de l'etat d'imo alloue a l'education, le financement de l' enseignement se heurte contre le manque des fonds. Face a cette situation, l'etat d'imo a reintroduit les frais de scolarite en 1981. Cette penurie des fonds conduisait a la reduction des depenses en capital. Pour maintenir l'equilibre entre la disponibilite des fonds et les depenses d'education, il faut que l'etat supprime les subventions accordees aux etudiants, fasse appel aux fonds prives et ralentisse le flux d'etudiants a l'enseignement superieur.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • Accessible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.