Le mort-là : anthropologie et sémiologie de l'imaginaire de la mort en Occident à partir de ses cimetières

par Jean-Didier Urbain

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Louis-Vincent Thomas.

Soutenue en 1987

à Paris 5 .


  • Résumé

    Succédant au mort-élu et au mort-souvenu, le mort-la est la personnification de l'idéologie de la conservation. L’installation culturelle de ce "personnage" a suscite, d'une part, la solidification d'un nouvel imaginaire de la mort en occident; et, d'autre part, la création corrélative, aux XIXe et XXe siècles, de vastes nécropoles monumentales propres à satisfaire l'illusion d'existence qu'exige la satisfaction du fantasme de la conservation des morts. C’est ce double aspect de l'installation symbolique du mort-la que permet de révéler et d'expliciter la sémiologie funéraire, depuis l'évolution de l'inscription du cimetière dans l'espace social jusqu'aux ultimes mutations morphosyntaxiques de l'épitaphe. A travers cette chaine de signes, c'est le nouveau statut socio-sémiotique des défunts dans notre société que l'on "lit" - la "place actantielle" ou la position narrative qu'ils occupent dans le cadre d'un nouveau récit de la mort : une nouvelle mythologie. Ceci conduit, au terme d'un processus critique, à rompre avec une interprétation négative de l'évolution des mœurs funéraires. C’est moins une tradition entre morts et vivants qui s'effondre ici qu'un nouveau mode de coexistence entre le passe et le présent qui se des- sine - une symbiose surdéterminée par une transformation profonde de notre conscience de l'histoire. De ce point de vue, le mort-la n'est peut-être pas alors autre chose qu'un modèle inaugural de manipulation du réel, la figure exemplaire qui annonce et révèle une stratégie globale d'archivage moins destinée a mémoriser qu'à produire un monde-là - un monde "suspendu", conserve, gère et aménage par une "thanatopraxie" générale. . . Sémiotique narrative et sémantique structurale sont les outils heuristiques qui permettent de mettre en évidence la cohérence de ce processus archivistique caractéristique de la logique de notre modernité. .

  • Titre traduit

    The 'dead-there'. Anthropology & semiology of the imaginary of death in west from its cemeteries@'dead-there'. Anthropology & semiology of the imaginary of death in west from its cemeteries


  • Résumé

    Coming after the elect-dead and the remembered dead, the "deadthere' is personification of conservation ideology. The cultural integration of this character has aroused, on the one hand, the solidification of a new imaginary of death in west, and, on the other hand, the correlative establishment (during the 19th and 20th centuries) of spreading and monumental necropolis qualified to meet an illusion of existence that needs phantasm of conservation of deads. It is this twofold dimension of dead-there's symbolical integration that funeral semiology authorizes to show and make clearer from evolution of cemeterial topography until morpho-syntaxical mutations of epitaph. Through this chain of signs, we can read the new sociosemiotical situation of the dead persons in our society - their "actantial place" or narrative position in space of a new story of death: a new mythology. At the end of this semiotical recognition, we must break the thread of a standard speech diffusing a negative interpretation about evolution of funeral customs. Under the circumstances what is standing out is less a breakdown of a tradition between dead and living persons than a founding of a new coexistence between past and present - a symbiosis determined by a deep transformation of our history consciousness. Therefore, maybe the dead-there is also an inaugural pattern concerning a manipulation of reality, an exemplary figure announcing a global archivistical strategy the project of which is less memorization than production of a "world-there" - a "hanging" world established by a general "thanatopraxy". . . Narrative semiotics and structural semantics are heuristical tools to place in prominent position the coherence of this archivistical process, paradigmatic feature of our modernity.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (578 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 502-520

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Descartes - Bibliothèque de Sciences Humaines et Sociales Descartes - CNRS (Paris). Service commun de la documentation.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Service Interétablissement de la documentation (Saint-Martin-d'Hères, Isère). Bibliothèque universitaire Droit-Lettres.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : MF 200243/1987/177
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TMC 88-259
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.