L'education chez les pygmees de centrafrique

par Abdel Koulaninga

Thèse de doctorat en Sciences de l'éducation

Sous la direction de Thành Khôi Lê.

Soutenue en 1987

à Paris 5 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    L'etude realisee sur les pygmees aka et babenzele de centrafrique a pour objet de connaitre la maniere dont ils transmettent leur culture a leurs enfants. Comment devenir un homme, une femme? comment assurer les diverses activites economiques et culturelles en vue de s'integrer dans le milieu. L'education de l'enfant pygmee a pour but de le preparer a devenir autonome, marie, capable de subvenir a ses besoins par l'acquisition des biens de consommation. La competence est la principale qualite inculquee a l'enfant a laquelle s'ajoutent les qualites morales et le respect des valeurs du groupe. Le contenu de l'education est intimement lie aux activites economiques : chasse, peche, cueillette. . . Qui conditionnent le mariage. En fait selon la division du travail, l'homme chasse le gibier et recolte le miel ; la femme construit la hutte et fournit les produits de cueillette et de peche. Le mariage est beaucoup plus contracte pour des raisons economiques que pour assurer la procreation. Et l'education du garcon et de la fille tient compte de cette repartition sexuelle jusqu'au mariage. La famille et le groupe tout entier sont charges de cette education. La methode utilisee est celle de la participation des enfants aux activites economiques et culturelles. Sont egalement utilises les moyens d'education populaire : contes, chants et danses, accompagnes de renforcements positifs et negatifs qui contribuent au maintien de la culture. Cette forme d'education est obligatoire et concerne donc tout le groupe. Puis vient l'education specialisee qui prepare aux fonctions de devin-guerisseur, de maitre-chasseur et maitre-danseur charges de veiller a la sante du groupe, de superviser l'organisation des chasses et celle des manifestations culturelles. Cette structure basee sur un mode de vie communautaire contribue au maintien des valeurs et techniques qui permettent aux pygmees de vivre en parfait equilibre avec le milieu forestier. Mais aujourd'hui, cet equilibre est menace par suite des echanges qu'ils etablissent avec l'exterieur et surtout par les tentatives de leur integration en milieu centrafricain. Cela entraine des bouleversements profonds de leur mode de vie. Neanmoins, leur valeur ancestrale contribue a une meilleure connaissance de l'humanite.

  • Titre traduit

    Pygmy education in the central african republic


  • Résumé

    The aim of this study about the aka and babenzele pygmies is to understand how they transmit their culture to their children, how these children get into manhovel or womanhood, how they manage to live in their environment through various cultural and economic activities. A pygmy child is education in order to prepare him to be self-dependant, married, capable of acquiring commodities for himself. Competence is the main quality that the child has to learn. Moral qualities and respect for the whole group rate emong the best things he must be tanght. The content of this education is closely linked to economic activities : hunting, gashing and the gathering of food from the bush. These activities are the conditions of marriage since a man can only hunt for game and search for honey and a woman builds huts, provides fish and gathen food. Pygmies get married for economic reasons more often than because of the necessity of procreation. The education of boys and girls follow this sexuel division of labour up to the time of marriage. The family and the whole group are responsible for this teaching responsability. Children learn by taking part in cultural and economic activities. Tale-telling, singuig and dancing are part of their curriculum as well as positive or negative reinforcements thate contribute to maintain their culture. This kind of education is compulsory and every pygmy is submitted to it. Special skills are tanght to the one who desire to become a sooth sayer and a medecine man (or woman), a master of hunting or a master of singing. A soothsayer or a medecine man cure people. A master of singing directs supervises cultural ceremonies and a master of hunting is the best guide during hunting expeditions. This mode of living in community helps the pygmies to maintain their cultural and technical values in perfect harmony with the forest environment. This harmony is being broken as a result of the exchanges that the pygmies make with other people and especially because of the attempts of integrating pygmies into the central african society. These two factors disrupt their mode of living. But pygmy ancestral values remain a contribution to the understanding of humankind.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2009 par l'Harmattan à Paris

L'éducation chez les Pygmées de Centrafrique


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 323 p.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque :
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Bibliothèque :
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : CEAF B 19636

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MFL 200243/1987/13
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 5417-1987-11
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TMC 87-519
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : I 4= 12499
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2009 par l'Harmattan à Paris

Informations

  • Sous le titre : L'éducation chez les Pygmées de Centrafrique
  • Détails : 1 vol. (230 p.)
  • ISBN : 978-2-296-10027-5
  • Annexes : Bibliogr. p. [213]-225
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?