La medecine chez eschyle et chez pindare

par Sophie Ndour

Thèse de doctorat en Études grecques

Sous la direction de Jacques Jouanna.

Soutenue en 1987

à Paris 4 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    L'etude de la medecine chez eschyle et chez pindare aborde tous les domaines medicaux reconnus comme tels a leur epoque: l'anatomie et la physiologie, la theorie de la generation, les maladies, les medecins et les soins. Il ressort de cette etude que deux medecines paralleles existent encore dans la premiere moitie du ve siecle avant j. C. L'une est rationnelle, l'autre religieuse: la seconde predomine largement sur la premiere. En effet, les deux poetes pensent que certaines maladies dont l'etiologie demeure obscure, sont provoquees par une divinite irritee. Cependant, ils admettent aussi que des maladies ou des plaies puissent avoir une cause naturelle. Toutefois, les seuls medecins habilites a soigner et a guerir les blesses et les malades et evoques par eschyle et pindare, sont des dieux ou leurs descendants directs. Pour traiter ce sujet, les deux poetes emploient generalement des termes courants qui ne relevent pas necessairement d'un vocabulaire medical specifique. Certes, de rares termes medicaux provenant peutetre d'un lexique medical ionien dont il ne reste plus aucune trace de nos jours, apparaissent chez eschyle d'une maniere sporadique.


  • Résumé

    The study of medecine in aeschylus and pindar's works deals with every medical field accepted as such at that time: anatomy and physiology, the theory of generation, diseases, physicians and medical treatments. From this study , the fact emerges that two parallel types of medecine still existed through the first half of fifth century before christ. One is rational, the other is religious: the latter preveals over the former. Indeed, both poets think that some diseases, the aetiology of which remains obscure, are determined by angry divinity. Nevertheless, they admit that illness or wounds may have natural causes. However, the only physicians able to cure or provide treatments to the wounded and the sick, are the gods or their direct ligneage. To deal with the subject, both poets tend to use words in common usage which do not necessarily fall within a specific medical terminology. Admittingly, some rare medical terms probably borrowed from an ionian medical vocabulary which has been totally eradicated by now, appear sporadically in aeschylus' works.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne Paris 4. Service commun de la documentation. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 1717
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.