La première traduction italienne de La Célestine par Alphonso Hordoñez, Rome, 1506

par Christine Wagner

Thèse de doctorat en Littérature comparée

Sous la direction de Maurice Molho.

Soutenue en 1987

à Paris 4 .


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Avant la parution des premiers ecrits sur la traduction par les theoriciens de la langue du xvieme siecle, l'humaniste valencien hordonez, vivant a la cour du pape jules ii, traduit la celestine en italien. Cette traduction publiee a rome en 1506 est la premiere de cette oeuvre. Le traducteur respecte la dualite stylistique de la tragicomedia : il reste tres proche du texte-source pour les passages rhetoriques et use de plus de liberte pour les repliques breves des dialogues. Il reagit en espagnol dans la mesure ou il accentue certaines caracteristiques syntaxiques et lexicales de la langue italienne et rejette les hispanismes. Les transformations propres a hordonez vont toutes dans le sens de l'explicitation et de la visualisation ; la volonte de clarte se manifeste encore dans les figures de traduction universelles auxquelles recourt hordonez. Il semble opter deliberement pour le calque des proverbes plutot que pour leur adaptation a des formes deja existantes dans la langue-cible. Des omissions mysterieuses et la confrontation avec l'edition espagnole de valence, 1514 reposent le probleme de l'original inconny de rome, 1506 et nous permettent d'imaginer l'existence d'une copie manuscrite qui aurait servi, avec une edition de la comedia, a une refonte du texte par le traducteur. La version de hordonez est le reflet d'un moment cle dans l'histoire de la traduction : encore empreinte de litteralite medievale, elle illustre deja une conception moderne de la fidelite.


  • Résumé

    Before the publication of the first documents on translation by the language theorists of the xvith century, the valencia humanist hordonez, living at the court of pope julius ii, translates the celestina in italian. This translation, published in rome in 1506, is the first one of this work. The translator respects the stylistic duality of the tragicomedia : he remains very close to the original text for the rhetoric passages and translates more freely the short sentences of the dialogues. He reacts in spanish in so far as he stresses certain syntactical and lexical aspects of the italian language and rejects hispanisms. Hordonez's own changes are aimed at explicitness and visualization ; his determination for clarity also appears in the universal figures of translation he uses. He seems to opt deliberately for the reproduction of the proverbs rather than for their adaptation to already existing forms in the target language. Strange omissions and the comparison with the spanish edition of valencia, 1514 set the problem of the unknown original version of rome, 1506 and allow us to believe in the existence of a manuscript which would have been used along with an edition of the comedia, for a remake of the text by the translator. Hordonez's version reflects a key-event in the history of translation : still marked with medieval literality, it already illustrates a modern conception of accuracy.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 454 f

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne Paris 4. Service commun de la documentation. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 1256
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : I 4= 12956
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.