Education non formelle et développement : le cas du Sénégal

par Dally Diouf

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Marcel David.

Soutenue en 1987

à Paris 1 .

Le jury était composé de Jacques Freyssinet, Anne-Marie Guillemard, Ettore Gelpi.


  • Résumé

    L'éducation non formelle vient au secours du système scolaire dans un pays à fort taux d'analphabétisme. Elle intervient en amont comme en aval en servant de complément, souvent de supplément et parfois de remplacement. Elle constitue toutefois une partie de l'éducation permanente qui se propose de prendre en charge chaque individu toute sa vie durant. L'éducation non formelle contribue au développement du Sénégal, pays qui rencontre des difficultés pour couvrir la totalité du territoire par la scolarisation, et qui, paradoxalement, n'arrive pas à absorber les produits que lui fournit l'école. Ainsi, le chômage des jeunes est de plus en plus visible, il est alimente d'un cote par l'exode rural, de l'autre par la lenteur du marché du travail à utiliser les jeunes diplômes. Ces derniers s'organisent en associations pour s'initier à la conception, à l'élaboration et à la mise en œuvre des projets économiques. Ils contribuent ainsi à la création d'entreprises. La crise du Sénégal est due en grande partie à l'inadaptation du programme qui n'a reçu que quelques reformes légères depuis sa transmission par le colonisateur. Vingt ans après l'indépendance, les autorités politiques se penchent sur la situation en demandant l'avis de la population par le biais des états généraux de l'éducation. Cette instance a émis des propositions et le vœu que celles-là soient étudiées plus profondément par des spécialistes en éducation et en planification. Ce fut la commission nationale de la réforme de l'éducation et de la formation qui travailla dans ce sens pendant trois ans avant de déposer ses conclusions projetant les bases d'une école nouvelle. Le Sénégal recourt à l'éducation non formelle sous toutes ses formes pour atténuer le déséquilibre de l'alphabétisation. Les associations jouent un rôle très important dans sa mise en œuvre, parmi celles-ci, on note le dynamisme de celles créées et animées par les sénégalais travaillant à l'étranger. Les associations internationales interviennent également mais beaucoup d'entre elles doivent adopter une démarche privilégiant la participation active des populations. Les institutions éducatives du pays ont aussi à s'adapter à la situation et à pratiquer la recherche-développement pour revaloriser les technologies locales et promouvoir un développement endogène.

  • Titre traduit

    Non formal education and development : case of Senegal


  • Résumé

    Nonformal education plays a part together with the school system in a country where a lot of people are illiterate, like Senegal. Its influence works from the beginning to the end of the training process and is an extrasystem or often a substitute to education. It is a part of a lifelong education helps Senegal to develop. This country has difficulties to have its population attend school and to offer employment to its graduates. So unemployment is more and more obvious as far as the young people are concerned and is due to rural exodus and to the unefficiency of the labour market to absorb its graduates. They join groups which form and make up economic projects. They contribute to create enterprises. School crisis in Senegal is for the most part due to the inadaptability of the educational program which has not really chaged since colonisation. Twenty years after independance, the political authorities try to ask the population what is best for the educational system in creating the States general of education. Proposals have been made in order to be examined by specialists in the educational field. The national commission of the educational reforme and of training has been working for three years before drawing conclusions for a new school system. Senegal needs nonformal education to counterbalance the school system and reduce the rate of illiteracy. The associations play a very important part, notably the dynamic ones created by Senegales people working abroad. International associations are also important but most of them must adopt a specific trend which favours the active participation of the population the educational institutions in Senegal must adapt to the situation, revalorize the local technologies and help an endogene development.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (326 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 314-318. Notes bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Lille. Service commun de la documentation.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 5417-1987-306
  • Bibliothèque : Bibliothèque Pierre Mendès France (Paris).
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : R 87 : 53

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH.MF.PA1.LETT.1987
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TMC 88-479
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : I 4= 12668
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.