Milieux et foyers de perturbation dans l'empire byzantin de 963 a 1204

par Jean-Claude Cheynet

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Hélène Ahrweiler.

Soutenue en 1987

à Paris 1 .


  • Résumé

    Ce travail a pour objet de rendre compte de tous les mouvements politiques et sociaux qui perturberent l'empire byzantin entre 963 et 1204. Il apparait que l'aristocratie en fut l'agent principal, sinon unique ; son etude conditionne donc la comprehension de ces troubles et s'appuie, outre les sources classiques, sur la sigillographie qui offre de nombreux inedits. La these comporte trois parties : l'expose des faits (chronologie, prosopographie, bibliographie), puis les principaux facteurs d'explication de ces faits. Comment les byzantins se representaient-ils les luttes politiques, notamment pour l'obtention du pouvoir supreme ? quels liens permettaient a l'aristocratie d'influencer l'ensemble de la societe, en jouant de ses attaches provinciales - nous nous sommes appliques a decrire l'implantation geographique des grandes familles - et des solidarites creees par la parente ou les liens de service, favorisees par la perennite de ces lignees. Dans la troisieme partie, plus chronologique, sont decrits les differents clans qui se disputerent le pouvoir a l'echelle de l'empire ou plus modestement d'une province. Nous pouvons ainsi montrer que l'empereur disposait de veritables equipes occupant les plus hautes charges civiles ou militaires et que le choix de l'une rejetait les autres dans les emplois subalternes et de ce fait dans l'opposition. Ces divisions au sein de l'aristocratie n'opposent pas principalement "civils et militaires", mais de puissants groupes regionaux (macedoniens, cappadociens, phrygiens. . . ) qui s'alli- aient a des factions de la capitale. Lorsque le pouvoir central s'affablissait, les provinces peripheriques etaient tentees par la dissidence, notamment en raison d'une fiscalite jugee trop lourde et sans contrepartie, plutot que pour des motifs religieux ; ce mouvement n'affecta pas seulement les populations allogenes (armeni- ens, bulgares. . . ) mais aussi, au cours du 11e siecle et a la fin du 12e siecle de vieilles populations byzantines.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (1063 f.)

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Pierre Mendès France.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : R 87 ! 2
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : I 4= 12302-<1 À 3>

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Service Interétablissement de la documentation (Saint-Martin-d'Hères, Isère). Bibliothèque universitaire Droit-Lettres.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MFL 200243/1987/6
  • Bibliothèque : Université Charles de Gaulle. Service commun de la documentation.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 5417-1987-6
  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TMC 87-478
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.