Numineux et création poètique; depuis l'imagisme et la découverte moderne de Hopkins jusqu'aux Pisan Cantos

par Alain Suberchicot

Thèse de doctorat en Études anglaises

Sous la direction de Marc Chénetier.

Soutenue en 1987

à Orléans .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    La tradition métaphysique est l'héritage fondamental de la poésie moderne, qui se plait à réinterpréter les savoirs chrétien et mystique. Toutefois, cette réinterprétation, tandis qu'elle donne de l'acuité à l'expérience du Numineux, met en doute la capacité du divin à offrir un apaisement métaphysique durable. Le Numineux est un réseau complexe de références non littéraires, qui provient de l'enseignement religieux, du mythe, du sentiment de la nature, de la connaissance des rites païens et chrétiens, ou du culte des sens. Son manque d'unité ne permet pas de construire la cohérence d'intention que les poètes s'efforcent de mettre en oeuvre. C'est pourquoi la poèsie sert des fins qui lui appartiennent, et non celles qui sont étrangères à ses valeurs artistiques. Les poétes n'illustrent pas la doctrine chrétienne; ils s'y refusent ou ils en sont incapables. Le Numineux nourrit des tensions qui sont étudiées dans le mouvement imagiste et dans la poésie de G. M. Hopkins, poète victorien pourtant découvert par le modernisme littéraire au cours de notre siècle. Cette étude aborde également la poésie de T. S. Eliot, la poésie Hilda Doolittle, celle de D. H. Lawrence, l'oeuvre poétique de la maturité de Yeats, les Pisan Cantos de Pound, choisis comme exemples de la double allégeance du modernisme, à la tradition et à sa propre originalité. . . .


  • Résumé

    The metaphysical tradition is the basic heritage of modern poetry, reinterpreting as it does christian and mystic lore. Yet, this reinterpretation, while invigorating numinous experience, also questions the ability of the godhead and related sources of spiritual values to provide an abding metaphysical assuagement. The Numen is a complex network of non-literary references, proceeding from religious teaching, myth, feeling for nature, knowledge of pagan and christian ritual, or cult of the senses. Its lack of unity does not enable poets to develop the singleness of purpose that they are trying to achieve. As a consequence, poetry serves ends of its own, not those irrelevant to its artistry. Neither do poets illustrate christian doctrine, through refusal or incapacity to do so. The numen feeds tensions which are examined in the imagist movement, and in the poetry of G. M. Hopkins, a victorian, yet one poet explored by literary modernism in this century. The study also focuses on T. S. Eliot's poetry, Hilda Doolittle's poetry, D. H. Lawrence's, the later poetry of W. B. Yeats, Pound's Pisan Cantos, as instances od the dual dedication of modernism to the metaphysical tradition and to its own emerging artistic originality.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Orléans. Service commun de la documentation. Section Lettres.
  • Accessible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.