Pré-retraite et vie associative

par Monique Legrand

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Henri Hatzfeld.

Soutenue en 1987

à Nancy 2 .


  • Résumé

    Depuis plus d’une décennie (1972), divers systèmes de pré-retraites se sont mis en place dans un contexte de crise industrielle et de mutations technologiques. En Lorraine, les mesures d’âge ont été nombreuses (plus de 60 000 personnes) du faite de la restructuration sidérurgique : la pré-retraite commence ici à 50 ans et est imposée. La pré-retraite licenciement renvoie à un processus de marginalisation qui engendre un sentiment d’obsolescence, de dévalorisation et de vieillissement prématuré. Elle provoque aussi de profonds déséquilibres dans l’identité individuelle et sociale et perturbe la vie quotidienne (perte de repères spatiaux et temporels, crise des valeurs de référence, rupture sociale, etc. ). L’émergence d’associations spécifiques aux pré-retraites (une trentaine en Lorraine) s’inscrit dans un refus d’une assimilation aux retraites et personnes âgées et apparaît comme un mode collectif de réponse aux problèmes individuels. Les associations d’information et de défense des intérêts répondent à l’inquiétude générée par la précarité et la fragilité des statuts (Cf. Absence d’un statut juridique spécifique et autonome) et affirment l’existence sociale du groupe pré-retraite. Les associations de travail bénévole dénoncent l’équation travailleur âgé = travailleur obsolète, en refusant la négation des savoir et compétences professionnelles et répondent ainsi à l’interdiction d’exercer une activité. Les associations d’animation culturelle réduisent les risques d’anomie en recréant de nouveaux cadres de sociabilité. Les trois types d’associations pallient ainsi la défaillance des institutions établies (état, entreprises, syndicats, caisses de retraite…) outre la satisfaction des besoins individuels, elles remplissent plusieurs fonctions sociales (intégration sociale, réduction des risques…) et favorisent de nouvelles pratiques de solidarités (avec les personnes âgées, les jeunes, le tissu économique et associatif local) ; elles légitiment aussi des droits que la société tend à remettre en cause tel le droit au travail. Elles esquissent enfin de nouvelles valeurs collectives, par exemple celle de contribution à la vie sociale.

  • Titre traduit

    Early-retirement and association


  • Résumé

    For more than a decade, since 1972 exactly, various schemes relatif to the early-retirement have been settled in the content of industrial crisis and technological transfers. In Lorraine the early-retirements are numerous more than 60 000, because of the new structure in the metallurgy of iron : the early-retirement begins at the age of 50 and it is imposed. The early-retirement disbanding sends back to the process of marginalisation which produces a feeling of uselessness, of valueless and prematured oldness. It also disorders profoundly the counterbalance as to the social identity and the daily life. The birth of specific early-retirement associations (thirty in Lorraine) transtates the denial of their assimilation with the pensionners and elders. It seems as a kind of collectif response to the individual problems. The associations of information and defense of their interests answers to the anguish provoked by the precarity and the fragility of status (Cf. The lack of a specific juridical and independant status) and is considerad as an assertment of the social existance of the group. The associations of well-disposed (and unpaid) workers denounces the equation elderly workers = useless workers, refusing the negation of knowledge and professionalism and they answers to the exclusion from the economical sphere. The associations of cultural animation lessen the risk of "anomy" by creating new environment of sociability. This, these three types of associations palliate the failure of the established institutions (the state, the entreprises, the unions and the retirement offices). Besides satisfying the individual needs and various social functions (reduction of risks, integration and communication network) they allow new solidarity ways (with elderly, youth, the economical and local associations) and sketche new collectif values, for instance the contribution to the social-life. They also legitimate some rights that society tends to put off, such the right to work. The early-retirement thus appears as a real social problem.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (373 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 351-370

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque :
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : LN 87/20
  • Bibliothèque :
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : LN 87/20bis
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.