L'opinion publique française et l'Espagne, 1945-1975

par Aline Angoustures

Thèse de doctorat en Histoire du XXe siècle

Sous la direction de Pierre Milza.

Soutenue en 1987

à Paris, Institut d'études politiques .


  • Résumé

    Ce travail porte sur l'opinion publique, notion qui se voit proposer de nombreuses tentatives de définition. Elle est ici abordée dans une perspective historique et définie plutôt par ses manifestations et ses effets. Ceci est réalisé par l'étude de l'opinion-réaction et des mentalités à plus long terme, deux éléments qui s'imbriquent dans l'opinion globale. Les mentalités sont nourries en premier lieu par le passé. Dans le cas de l'Espagne, celles de la France sont surtout héritières du mouvement romantique et de la Guerre civile, telle qu'elle est vue par les Francais. Les sources sont constituées de la presse e��crite nationale, des sondages, de l'audiovisuel dans une moindre mesure, du cinéma, de l'émigration, du tourisme et enfin des éléments de culture comme la fiction littéraire, théâtrale, expositions, chanson, opéra, opérette. . . De 1945 à 1950 l'Espagne entraîne, dans l'opinion un double mouvement : espoir de chute du dernier "fascisme" et investissement mythologique tant dans une image glorifiée du conflit de 36 que dans le folklore héritier du romantisme. De 1950 à 1963 l'Espagne qui vit dans le Franquisme est l'objet d'un désintérêt, voire d'un rejet total. C'est la période où s'installe une sous-information qui va durer. Mais les Espagnes "éternelles" sont au contraire mises en scène. De 1963 à 1970 se produit un réveil de la mobilisation politique sur des références à l'image de la Guerre civile. L'espagne devient un vaste pays côtier et folklorique pourvoyeur d'ouvriers et de domestiques à l'image nettement archaïque. De 1970 à 1975 les stéréotypes explicatifs du caractère national et l'ignorance de l'opinion se heurtent aux réalités, créant un effet de stupeur assez négatif. Le pays des douceurs andalouses et de l'austérité castillane, méconnu dans son actualité était un stéréotype.


  • Résumé

    This work is about public opinion, a notion for wich attemts of defintions are often given. It is here approached in a historical prospect and mostly defined by its manifestations and effects. This is accomplished by the study of what we call reaction-opinion and mentalities, that both compose global opinion. Mentalities are mostly influenced by the past. Concerning spain they have inherited of the romantic image and the French vision of the Spanish Civil War. The documents are composed by the national newspapers, sample surveys, audio-visual press sometimes, cinema, emigration, tourism and at last novels, music. . . From 1945 to 1950 French public opinion has a double movment concerning Spain : the hope that the last "fascims" will disapear and a mythological investment in both a glorified image of the war of 1936 and a folklorique idea coming from the romantic period. From 1950 to 1963, actual Spain is completly ignored, indeed, rejected. In that period takes place a lack of information that will last long enough. But the so calles "eternal Spains" are on the contrary more and more commented upon. From 1963 to 1970 one can observe an awaiking of political mobilization based upon ideas of the Civil War. In the mean time, Spain becomes a great coast country, archaiq, offering sun and workers. From 1970 to 1975 the cliches explaining Spanish "national caracter" and the ignorance of most of the French come up against realities, creatins an impression of astonishment quite negative. The country of exotic Andalusia and severe Castile was a cliche.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol (331, 260 f.)

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Fondation nationale des sciences politiques. Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : COL4*3656(074)
  • Bibliothèque : Casa de Velázquez. Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : Mic 328
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.