Contribution à l'étude du rôle des bactéries sulfato-réductrices dans les phénomènes de biocorrosion

par Corinne Chatelus

Thèse de doctorat en Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie

Sous la direction de

Soutenue en 1987

à Compiègne .


  • Résumé

    Par leurs activités métaboliques de consommation d'hydrogène et de production de sulfures, les bactéries sulfato-réductrices sont les principales responsables des phénomènes de corrosion métallique en l'absence d'oxygène. Une étude physiologique et enzymatique de quelques Desulfovibrio a contribué à la compréhension du rôle de ces bactéries dans les phénomènes de biocorrosion anaérobie. Desulfovibrio (D. ) vulgaris en milieu organique, après avoir oxydé le lactate, consomme l'hydrogène formé par la réaction électrochimique de dissolution du fer. Les Desulfovibrio peuvent être responsables soit d'une corrosion par contact direct avec le métal en utilisant la couche d'H2 formé à sa surface, (les bactéries sont alors adsorbées à la surface grâce à un réseau cristallin de sulfure de fer), soit d'une corrosion à distance en consommant l'hydrogène dissous ou gazeux. Comme leurs hydrogénases peuvent être stables dans le temps indépendamment de la structure cellulaire (D. Vulparis) et actives aux températures élevées (à 70°C - 75°C) (D. Baculatus), ces bactéries peuvent agir dans des conditions incompatibles avec la viabilité des cellules mais compatibles avec l'expression enzymatique. Une étude en fonction de la température a montré qu'à l'intérieur même du groupe mésophile des Desulfovibrio, le comportement vis-à-vis de ce paramètre est spécifique de chaque bactérie, ce qui rend compte de la présence permanente des représentants de cette population dans les sites où les variations de température sont importantes. Un changement de quelques degrés Celsius peut provoquer des modifications dans les rendements de croissance des bactéries et par conséquent des variations dans l'intensité de la corrosion. En plus du sulfate D. Multispirans peut réduire avec des vitesses spécifiques de croissance différentes, le nitrate, le nitrite et le fumarate. Certains sulfato-réducteurs pourront donc s'adapter aux variations de concentrations en accepteurs d'électrons et également métaboliser des substances oxydées utilisées comme biocides. Le choix d'un accepteur d'électrons plutôt que d'un autre ne dépend pas uniquement de la spécificité de l'équipement enzymatique de la bactérie, mais de sa sensibilité à l'action inhibitrice de certaines de ces molécules oxydées.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Annexes : 140 REF

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Technologie de Compiègne. Service Commun de la Documentation.
  • Accessible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université de Technologie de Compiègne. Service Commun de la Documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 1987 CHA 82
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.