Evaluation des systèmes de commercialisation des céréales dans les pays en développement : le cas du Burkina Faso

par Chantal Dejou

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Sylviane Guillaumont.

Soutenue en 1987

à Clermont-Ferrand 1 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Comment se déroule réellement la commercialisation des ceréales au Burkina Faso ? Les commercants, dont le rôle est préponderant, sont-ils efficaces ? Ces questions essentielles pour le choix d'une politique de commercialisation des produits vivriers de base au Burkina Faso n'ont jusque là pas trouvé de réponse à la fois détaillée, complète et d'envergure nationale. Cette thèse, basée sur les informations collectées selon une nouvelle méthode d'enquêtes de "reconnaissance rapide" par l'auteur au Burkina Faso de fin 1983 à début 1985 dans le cadre d'un projet USAID, a pour but de combler cette lacune et à partir de là, de proposer des recommandations pour l'amélioration de la commercialisation des céréales dans ce pays. De plus, cette application au cas du Burkina Faso fait la démonstration de l'importance de la compréhension du comportement des acteurs dans la méthode d'analyse des systèmes de commercialisation et particulièrement dans l'interprétation des résultats de l'analyse des prix. Au cours de la première partie, la méthode d'analyse est présentée ainsi que l'apport des principales recherches dans le domaine de la commercialisation des produits vivriers dans les pays en développement. La deuxième partie est le cadre d'une description détaillée ainsi que d'une estimation quantitative des mouvements de céréales, des nombreux marchés, du grand nombre et de la diversité des acteurs, ainsi que celle des techniques commerciales existant au Burkina Faso. Les trois principaux réseaux de commercialisation sont le commerce privé (assurant près des trois quarts de la commercialisation), l'OFNACER (office national des céréales) et les groupements villageois. Au cours de la troisième partie, l'analyse du comportement des acteurs de la commercialisation et l'analyse des prix des céréales et des marges commerciales comparées aux coûts de la commercialisation nous amènent à conclure à une intégration des marchés assez faible. De plus, l'excès apparent de certaines marges commerciales peut résulter d'oligopoles structurels sur les marchés de gros, et de monopoles conjoncturels et saisonniers sur certains marchés enclavés ou marginaux. Les recommandations que l'auteur propose tendent à renforcer la concurrence et l'organisation au sein de la commercialisation par une reconsideration du rôle de l'OFNACER et en particulier par une politique de prix plus adaptée aux conditions du marché, devant reposer sur une bien meilleure connaissance de ce marché des céréales. A cet effet, il est aussi recommandé d'améliorer le contexte, les structures, les règlementations du commerce des céréales, ainsi que la circulation de l'information sur les prix et les mesures surtout, pour en réduire les coûts et faciliter l'accès de tous, y compris les groupements villageois, au marché des céréales.

  • Titre traduit

    Evaluation of grain marketing systems in developing countries : the case of Burkina Faso


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Clermont Auvergne. Bibliothèque Droit Economie Management.
  • Disponible pour le PEB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Toulouse 1 Capitole. Service commun de la documentation. Bibliothèque de la Manufacture des tabacs.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : GM1071-1987-1856et 8982
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.