Place et statut de la parole chez les Bavoungou du Gabon : contribution à une réflexion sur la parole et la culture

par Yan-Tché Moulombi Guivolou

Thèse de doctorat en Sciences de l'information

Sous la direction de Jacques Wittwer.

Soutenue en 1987

à Bordeaux 3 .


  • Résumé

    Est-il dans la nature de la parole que d'etre anti-scientifique et dans la nature de l'ecriture d'etre scientifique ? les pays developpes ont investi dans la necessite de la communication ecrite. Il n'en a pas ete de meme pour les populations negro-africaines. A partir de la est nee une idee communement admise dans les pays developpes qui est qu'il n'y aurait pas de parole qui vaille sans ecrit et pas d'action valable qui ne soit commandee pas la scripturalite. Autrement dit, tout peuple sans ecriture est presume ne pas etre porteur d'une culture ou des cultures. C'est la une logique qui a sa coherence mais elle n'est pourtant pas la logique de tout le monde car aujourd'hui sur notre planete, il y a autant de societes sinon plus qui ne fonctionnent pas selon cette logique et les bavoungou du gabon en font partie. S'il est indeniable qu'un pouvoir fixe par le biais de l'ecriture est plus fiable, plus utilisable, plus susceptible d'etre repris et modifie, il est vrai aussi que l'oralite n'est pas, sur la carte du monde le symbole systematique d'un retard culturel, economique ou technologique. Les societes depuis longtemps converties au systeme ecrit sont aujourd'hui bien mal engagees face aux enjeux du siecle. D'autres qui n'ont jamais ecrit ont su malgre tout s'eveiller aux realites d'aujourd'hui. Si l'ecriture est le vecteur ideal de distinction culturelle d'une societe, il n'est pas possible d'affirmer que cette voie seule est la voie du salut sur la route de l'elysee. La realite, plus complexe et


  • Résumé

    Netiher its in the nature of speech to be anti scientific nor the scripture to be scientific ? the developed countries had invested in the necessity of written communication, it was not the same for negro-african populations. A such ascertainement gave birth to an idea commonly admited in the developed countries, that there is no sens in speech unless written and no valuable action unless commended by the scripture. Il other words all the populations without written word are suppose to be without any culture or cultures. This is the logis perhaps coherent, but it is not the logic of every body, because to day, there are a lot of societies on our planet, those do not fonction according to this logic, and the bavoungou of gabon are on of them. If it is undeniable that a power fixed through written word is more firm, more useful, and more susceptible to be modified, its true also that unique use of speech is not a symbole of systematic cultural, economic, and technologic backword ness in the word. The societies those had since long tine adopted the systeme of written word are not all very placed in front of present century's stake, and the others those never adopted the written word seems to be a waken before the to day's realities. If the scripture is the ideal vector of culture distinction of a society, it is not possible to confirme that this way is the only way of salvation on the route of elysee.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 308 f

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Bordeaux Montaigne. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque Universitaire Lettres et Sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université Bordeaux Montaigne. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque Universitaire Lettres et Sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université Bordeaux Montaigne. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque Universitaire Lettres et Sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.