L'Eglise et les noirs au Pérou : XVIe et XVIIe siècles

par Jean-Pierre Tardieu

Thèse de doctorat en Études latino-américaines

Sous la direction de Bernard Lavallé.

Soutenue en 1987

à Bordeaux 3 .


  • Résumé

    L'attitude de l'eglise face aux esclaves fut profondement conditionnee par la conception de l'esclavage qui se detache des ecritures et des ecrits patristiques. Avec la decouverte des indes, l'esclavage des noirs s'intensifia. On avait deja chercher a le justifier par des fins religieuses. Les reserves de la papaute, lorsqu'elles apparurent, n'eurent aucune influence. Des clercs, parfois de facon inconsciente, favoriserent le progres de la traite vers les indes, et en particulier vers le perou. Ce commerce declencha certes des reactions defavorables parmi les penseurs chretiens espagnols, mais la casuistique eut tot fait d'enlever toute valeur aux protestations. Au perou, le clerge et les ordres religieux devinrent en fait les plus importants proprietaires d'esclaves. Les jesuites appuyerent leur politique sur l'exploitation de la main-d'oeuvre noire, sans oublier toutefois qu'ils avaient affaire a des etres humains. La societe coloniale, devant l'abondance des noirs, exigea de l'eglise qu'elle intensifiat son controle religieux. Les jesuites furent le fer de lance de la pastorale des noirs. Ceux-ci cependant surent tirer profit de structures comme les confreries qui jouerent un role primordial dans l'apparition de l'afroperuvien. L'eglise depassa neanmoins la mission de garde-chiourme de l'esclavage pour protester contre les conditions de vie imposees aux noirs. Elle ne leur refusa pas son assistance et oeuvra pour proteger leur vie familiale contre l'exploitation et l'arbitraire des maitres, surtout en milieu urbain. Timidement, l'eglise prepara les noirs aux responsabilites sociales et favorisa leur accession a la liberte. En fait, si l'eglise tira profit de l'esclavage en tant qu'institution sociale, elle essaya de le transformer de l'interieur, en lui donnant un aspect plus humain, en accord avec l'enseignement qu'elle dispensait. Mais ces efforts paraissent derisoires dans la mesure ou l'eglise ne denonca pas le recours a une casuistique qui justifiait une exploitation ehontee de l'homme noir.

  • Titre traduit

    The CHURCH AND THE BLACK POPULATION IN SIXTEENTH AND SEVENTEENTH CENTURY PERU


  • Résumé

    The attitude of the church towards slaves was deeply influenced by the conception of slavery found in the scriptures and in the patristic writings. After the discovery of the indies, there was an acceleration of the slave trade with africa. Religious aims were used as justification for this, so that the papal reservations, when they were eventually voiced, went unheeded. The clergy, often unwittingly, encouraged the growth of the slave trade with the indies, and especially peru. This trade did indeed set off unfavorable reactions among spanish christian thinkers, but casuistry soon rendered their protests harmless. In peru, the clergy and the religious orders became, in fact, the biggest slave-owners. The jesuits' policy rested on the exploitation of black labour, although they never forgot that they were dealing with human beings. Colonial society, faced with such large numbers of black people, demanded that the church should strengthen its religious control over them. The jesuits were the driving force in the christianization of the black population. In its turn, this same black population was able to take advantage of structures like the brotherhoods, which played an important role in the emergence of the afro-peruvian. The church, nevertheless, went beyond the role of over-seer to protest against the living conditions of black people. It did not refuse them its assistance and endeavoured to protect their family lives from the exploitation of despotic masters, especially in urban areas. Timidly, the church prepared the blacks to face up to their social responsabilities and helped to further their accession to freedom. Indeed, although the church benefited from slavery as a social institution, it tried to transform it from the inside by making it more humane, in accordance with the church's teachings. These efforts, however, seem quite insignificant, in as much as the church did not denounce the use of casuistry to justify the shameful exploitation of the black man.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 1993 par Éd. L'Harmattan à Paris et par Université de la Réunion, Faculté des lettres et des sciences humaines à Saint-Denis

L'Église et les Noirs au Pérou : XVIe et XVIIe siècles


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (1033 f.)

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Bordeaux Montaigne. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque Universitaire Lettres et Sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Institut des hautes études de l'Amérique latine. Bibliothèque Pierre-Monbeig.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université de Lille. Service commun de la documentation.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 5327-1987-37
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TMC 89-998
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 1993 par Éd. L'Harmattan et par Université de la Réunion, Faculté des lettres et des sciences humaines à Paris

Informations

  • Sous le titre : L'Église et les Noirs au Pérou : XVIe et XVIIe siècles
  • Dans la collection : Collection "Americana"
  • Détails : 2 vol. (1033 p.)
  • ISBN : 2-7384-2167-9
  • Annexes : Bibliogr. p. 991-1012. Index
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.