L'apprentissage de la langue écrite (lecture-écriture) par les enfants de 6 ans

par Roger Beaumont

Thèse de doctorat en Linguistique

Sous la direction de Jean Peytard.

Soutenue en 1988

à Besançon .


  • Résumé

    La langue écrite, comme objet d'un apprentissage, appelle deux définitions étroitement solidaires : la lecture, définie comme élaboration d'une signification à partir d'une donne scripturale, et l'écriture, définie comme expression scripturale d'un contenu personnel de pensée; l'une et l'autre sont appréhendées comme actes de communication, comme pratiques sémiotiques. A elles seules, ces définitions excluent toute intention didactique égalitaire; en d'autres termes, le sujet de l'apprentissage ne peut être le sujet épistémique, abstrait, de type piagétien, mais un enfant concret, affectivement, socialement et culturellement situe. Un apprentissage de la langue écrite qui ne se situerait pas dans le prolongement des pratiques sémiotiques dont les enfants de six ans ont déjà une certaine maitrise (langage oral, codes kinésique, iconique, divers codes sociaux), resterait un apprentissage égalitaire, indiffèrent aux différences, et contribuerait par conséquent à aggraver les inégalités existantes et les risques d'échec. Il est donc exclu de considérer comme apprentissage un ensemble d'exercices portant, a un moment ou à un autre du processus, sur une langue déstructurée, sur des objets linguistiques ou scripturaux ou aucun sens ne peut être produit, comme c'est le cas des unités abstraites de la langue. Une didactique de l'apprentissage - qui ne peut se confondre ni avec la psychologie, ni avec la linguistique ou la sociologie - n'emprunte à ces disciplines que ce qui lui permet de privilégier avant tout l'activité sémiotique de chaque enfant, son besoin de comprendre et de communiquer. Ce qui est alors appelé "activités techniques" ne consiste jamais en une combinatoire exercée pour elle-même, mais en jeux d'analyse-synthèse qui ne contredisent pas mais confortent l'acte de lecture et l'acte d'écriture, puisqu'ils portent sur la langue en son fonctionnement réel et quotidien.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 4 vol. (IV-1170 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f.1163-1170. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire. Section Lettres.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : LET.BESA.1987.1028.1
  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire. Section Lettres.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : LET.BESA.1987.1028.2
  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire. Section Lettres.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : LET.BESA.1987.1028.3
  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire. Section Lettres.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : LET.BESA.1987.1028.4
  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire. Section Lettres.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : LET.BESA.1987.1028.5
  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire. Section Lettres.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 211035.1
  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire. Section Lettres.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 211035.2
  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire. Section Lettres.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 211035.3
  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire. Section Lettres.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 211035.4
  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire. Section Lettres.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 211035.A
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.