Distance et ironie dans une poetique des annees vingt (textes de paul valery, o. V. De l. Milosz, max jacob)

par GINETTE WIART DAVID

Thèse de doctorat en Littérature française

Sous la direction de Georges Cesbron.

Soutenue en 1987

à Angers .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Cette these a pour objet l'etude de certaines formes de langage induisant l'idee d'une distance, dans les oeuvres de trois poetes, parues entre 1917 et 1930, paul valery, milosz et max jacob. C'est dans les formes de l'imaginaire que la distance a ete revelatrice d'un sens motive par les forces de l'inconscient dans la reverie poetique. La forme de l'ile, par exemple, dans le poeme de la jeune parque, de paul valery, atteste le moi distant. Tandis que la meme forue chez milosz dit la solitude native. Une dialectique du temps apparait dans les formes metaphoriques signifiant un desir de le maitriser. L'etude thematique a revele, a ce niveau, une maniere d'etre au monde, specifique a chacun des poetes. Mais la signification thematique de la difference, issue de la contradiction de nature, a mis au jour des problemes ontologiques, attestes par toutes les formes de la separation. Et la tension produite par la distance nous a livre l'intensite d'un desir d'etre du poete. Par ailleurs, les alternatives de l'ironie nous sont apparues, dans les poemes, grace a l'emergence du theme du miroir, comme parole de rupture ou de fuite. Dans les articulations de la syntaxe c'est la mobilite d'un rythme qui se manifeste. Celui-ci revele d'autres themes, connotes au niveau des structures profondes des textes : themes du temps, de la connaissance. Alors que les formes d'une poesie-philosophie valorisent des themes antithetiques comme ceux du corps et de l'esprit, de l'absence et de la presence, de la vie et de la mort. En conclusion, la poetique etudiee peut etre consideree dans la perspective d'une fantastique de l'ecriture, ou l'espace-temps devient la distance idealisee ou se realise une regulation de la tension entre les extremes.

  • Titre traduit

    Distance and irony in the poetics of twenty years (texts of paul valery, o. V. De l. Milosz, max jacob)


  • Résumé

    This thesis is the study of certain forms of language conveying the idea of a distance in the works of three french poets, published between 1917 and 1930 : paul valery, o. V. De l. Milosz and max jacob. It is in the forms of the imagery that the distance has revealed a meaning motivated by the unconscious forces in poetic reverie, the shape of the island, for instance, in valery poem, la jeune parque, represent the distant self, whereas the same shape in milosz's works represents the native lioneliness. A dialectic of time appears in every metaphor conveying a desire to suboue time. The study of the themes has showed that each poet had his own way of existing. But the thematic signification of the difference springing from the first contradiction of the self, showed us existencial problems, testified in every form of separation. Whereas the strain produced by the effect of distance, brings out the intensity of the poet's desire of existing. Moreover, the alternatives of irony appeared though the theme of the mirror in the poems as signs of rupture or flight. In syntactic connections appears the mobility of the rhythm; this rhythm enables us to discover others themes in the inner structure : the theme of time, of knowledge. Whereas the forms of a philosophical poetry set off antithetical themes such as body an mind, ansence and presence, life and death. In conclusion, the poetics which we ha studied can be considered as a fantastics in writing, in which the idealized distance of time allows the regulation of the strain between extremes.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Angers. Service commun de la documentation. Section Lettres - Sciences.
  • Accessible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.