La famille dans la ville : quel enjeu pour l'aménageur ?

par Dominique Heckmann

Thèse de doctorat en Urbanisme

Sous la direction de J.CLAUDE PERRIN.

Soutenue en 1987

à Aix-Marseille 3 .


  • Résumé

    Qualite de la vie de famille et qualite de la vie urbaine sont liees. Or, l'une et l'autre subissent depuis 20 a 30 ans de profondes mutations. Ces liens entre famille et qualite de la vie urbaine datent en france de l'epoque a laquelle le sentiment de famille a commence a emerger: le 18e siecle. Avant cette epoque, les communautes urbaines du quartier, de la paroisse ou du metier etaient les organisations clefs sur lesquelles s'appuyaient les modes de vie urbains. Depuis cette epoque, la famille joue un role de plus en plus important. Si, depuis les annees 1950, elle est remise en question en tant qu'institution contraignante, le principe du petit groupe de vie reunissant les conditions affectives et territoriales de la vie familiale n'est pas fondamentalement remis en cause. La qualite du cadre de vie, et notamment l'opportunite pour le citadin de s'integrer dans des reseaux relationnels satisfaisant son besoin d'appartenance a un territoire et a un groupe social, est un complement vital de la vie familiale. Elle se fait rare pour un nombre croissant d'habitants des grandes agglomerations. En reaction aux echecs de l'urbanisme de l'apres-guerre, les citadins organisent soit une attitude de repli sur le "cocon familial", soit une emigration vers des lieux qu'ils supposent plus aptes a l'integration, soit enfin l'utilisation de reseaux-relais de plus en plus nombreux qui tentent de retisser le tissu social des villes. La qualite de leur vie familiale est un element fondamental de ce choix. La maitrise de son espace de vie est fondamentale pour le citadin. La maison ou l'appartement familial en est le symbole. Il est vital de respecter cette maitrise et de la favoriser. Or, l'amenagement n'est pas concu dans cet esprit. L'urbanisme reste un domaine reserve aux specialistes alors qu'il nous concerne tous. Une reelle participation, sous la forme d'une sensibilisation pourrait debloquer certains verrous qui maintiennent trop de personnes dans un cercle vicieux s'organisant a la fois autour d'une mauvaise qualite de la vie familiale et d'une mauvaise qualite de la vie urbaine.


  • Résumé

    Family-life quality and urban life quality are linked together and they both have undergone deep mutation for 20 or 30 years. The relations between family and urban life quality date from the 18th century when the family-feeling become to arouse. Before, other territorial, economical or religious groups were more important in the urban way of life. Since this time, the family's part is more and more important. There has been a lot of dispute against it, as an institution, but most of people still want to live in such a group in which they can satisfy their affective and territorial needs. As a complement of family-life, the quality of urban space is very important. The citizen needs to be able to meet others, to integrate a social group. The opportunities are becoming scarce for a lot of people in great cities. The family can become a retreat; people can try to live outside the city in periurban areas; they can try, also, to reach the numerous associations that try to iel, lonely people to meet one another. Urban-life quality is a result of these choices. Family-life quality too. The inhabitant of the city needs to appropriate is own life-area. His family-house is the symbol of this appropriation. But city-planners don't respect this aspiration. Urbanism is a specialist's affair. It shoudn't-helping people to share the decisions concerning their life-space could resolve the both problems of life quality in cities and family-life quality.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 206, 138 f

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque :
  • Accessible pour le PEB
  • Bibliothèque :
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TD 1334/A-B
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.