L'analyse linguistique et la théorie des ensembles

par Miro Kačić

Thèse de doctorat en Lett. et Sc. Humaines

Sous la direction de Christian Touratier.

Soutenue en 1987

à Aix-Marseille 1 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    La premiere partie est une vue d'ensemble concise de tout ce qui est apparu important a l'auteur concernant l'application de la theorie des ensembles en linguistisque. Y sont explicites les mecanismes employes par certaines ecoles linguistiques a la lumiere de cette theorie. On y trouve le rapport entre une syntaxe (tesniere) et cette theorie. Cette partie se termine par l'examen du signe minimum avec les moyens ensemblistes. Continuant dans cette voie l'auteur concoit dans la ii partie celui-ci comme une fonction au sens mathematique du terme. Dans cette partie, il a demontre comment on peut concevoir une theorie linguistique en partant des concepts ensemblistes de base. A partir de quelques postulats on y met en evidence les diffe-rents niveaux d'analyse : phonologie, morphologie, morphematique, lexi(e)matique, syntaxe et semantique. La morphologie, dont l'unite de base est l'unite morphologique, n'est pas obligatoirement liee a la iere articulation. L'u. M. Est un morphon, quand elle est signi-fiant d'un signe. Il a ete postule aussi l'existence de la iiieme articulation dont l'unite de base est une lexie, qui est l'unite minimale du comportement syntaxique, car elle peut former a elle seule un enonce. Ceci permet de concevoir un nouveau niveau d'analy-se et d'organisation : la lexi(e)matique. Une analyse du systeme verbal du serbo-croate est faite sur les memes bases. Partant de la composante relationnelle de la theorie des ensembles, l'auteur re-voit l'organisation des entites a l'interieur de l'enonce. Les "acteurs" y sont les participants. Le verbe est concu comme une relation. On y trouve un modele general constitue de l'interaction entre les participants, leur place et leur position a l'interieur du scheme. A partir de la, on leur attribue les roles linguisti-ques. Des roles des differentes composantes du discours, surgit la necessite d'une linguistique sur-phrastique.

  • Titre traduit

    Linguistic analysis and the set theory


  • Résumé

    The first part is a short general view of what appeared to be important to the author about the application of the set theory in linguistic. The author explains here the mecanisms used by so-me linguistic schools within the frame of this theory. Then he relates a syntax (tesniere) to the set theory. The first part end focusing on the minimum sign through this theory. Down the line in the second part the author considers it as a mathematical func-tion. In this part the author follows up this line, showing us how the basis of a linguistic thery can be established from the concept of the set theory. From a few postulates, he sets different level of analys : phonology, morphology, leximatic, syntax and semantics. The author also postulates the existence of a third articulation whose unit is a "lexie". The "lexie" being the minimal unit of syn-tactic behaviour can therefore be an uterance in itself. This leads us to a new level of organisation : "leximatics" (lexi(e)matique) the author concepts a general model constituted by interaction between the "participants", their place and their position within the schema. Then he assigns them their own specific linguistic function. The verb is seen as a re-lation.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 485 p.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université d'Aix-Marseille (Aix-en-Provence). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de lettres et sciences humaines (Fenouillères).
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.