Recherches sur l'enseignement et la culture dans la Bretagne du haut Moyen-Age

par Louis Lemoine

Thèse de doctorat en Études régionales

Sous la direction de Léon Fleuriot.

Soutenue en 1986

à Rennes 2 .


  • Résumé

    Ce travail comprend trois parties. La première a trait à la paléographie. On a étudié une dizaine de manuscrits, souvent recopiés de modèles insulaires. Les scribes utilisent, tant dans le texte que dans les gloses, des abréviations insulaires, voire spécifiquement irlandaises, en particulier pour Secundum et Inter. Pour le mot Contra, il existe un symbole typiquement breton. On trouvera en conclusion quelques aperçus concernant la localisation des scriptoria bretons et la dispersion des manuscrits des neuvième et dixième siècles hors de Bretagne. La deuxième partie est consacrée aux méthodes d'enseignement. Les Bretons - comme les insulaires - utilisent des signes de construction syntaxique qui, reliant verbe et sujet, adjectif et substantif, etc. , facilitent le travail du latiniste débutant. Cette méthode est illustrée par une analyse des signes de construction portés sur la IVe géorgique (Ms. Berne 167). Les bretons emploient aussi le système séquentiel qui consiste à placer des lettres sur les mots de la phrase latine : lues dans l'ordre a,b,c. . . , ils sont proposés à l'élève selon la syntaxe de sa langue vernaculaire. Ce système est particulièrement representé dans le Priscien de Paris (B. N. Lat. 10290), proche du Ms. 904 de Saint-Gall (Irlande). L'étude comparée d'un extrait de ces deux grammaires met en évidence l'influence des méthodes irlandaises sur les écoles bretonnes - influence que l'on trouve aussi dans la glose de l'Eutyches d'Oxford (Bibl. Bodl. Ms. Auct. F. 4. 32). Cette partie comprend encore une étude détaillée des gloses latines et celtiques du livre II de l'Eneide (Berne 167). La troisième partie est consacrée à l'étude des gloses celtiques : problèmes d'adéquation des vocabulaires latin et breton, en particulier en ce qui concerne les termes juridiques des collections canoniques et des cartulaires - exemples : Clima rann, Theorica guparol, Curia dadl. . . Sont également abordés les problèmes de création lexicale dans les domaines de la grammaire et du comput. Enfin, un chapitre est consacré aux erreurs de traduction. On trouvera en annexe un glossaire latin breton d'environ 1700 mots


  • Résumé

    This work comprises three parts. The first relates to palaeography. About ten manuscripts, mostly copied from insular models, have been studied. Both in the text and in the glosses, the scribes use insular, even specifically Irish, abbreviations, in particular for secundum and inter. For the word Contra, there exists a typically Breton symbol. Some insights into the localization of Breton scriptoria and the dispersion of the ninth-and tenth-century manuscripts out of Brittany will be found the conclusion. The second part is devoted to teaching methods. The Bretons, as well as insular people, use construe-marks which, as they link verb and subject, adjective and substantive, etc. , facilitate the work of the inexperienced Latin student. This method is illustrated by an analysis of the construe-marks inscribed on the Fourth Georgic (Berne Ms. 167). The Bretons also use the sequential system which consists in putting letters above the words of the latin sentence : when read in the a. B. C. . . Order, they give the student the syntactical order in his vernacular. This system particularly prevails in the Paris Priscian (B. N. Lat. 10290) which is cognate with Saint-Gall 904 (Irish). A comparative study of an extract from each of these grammars gives evidence of the influence of Irish methods upon Breton schools. Such influence is also to be found in the glosses to the Oxford Eutychus (Bodl. Lib. Ms. Auct. F. 4. 32). This part also includes a detailed study of the Latin and Celtic glosses to an extract from the second book of the Aeneid (Berne 167). The third part is devoted to a study of celtic glosses and particulary to the problems of the equivalency of Latin and Breton words, especially as regards the legal terms in the collections of canons and in the cartularies. For example : Clima rann, Theorica guparol, Curia dadl. The problems of lexical creation in the fields of grammar and computus are also dealt with. Finally, a chapter is devoted to mistranslations. A Latin-Breton glossary of about 1700 words will be found in an appendix

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (XI-511-VII f.)

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Rennes 2. Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire centrale.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.