La notion de loi de st thomas a suarez, ou les origines scolastiques de la loi moderne

par Michel Bastit

Thèse de doctorat en Histoire du droit

Sous la direction de MICHEL VILLEY.

Soutenue en 1986

à Rennes 1 .


  • Résumé

    L'origine des desequilibres de la loi moderne doit etre recherchee dans les transformations philosophiques qui ont affecte le concept de loi, elles-memes devant etre saisies dans la lumiere de l'ontologie. Des indices, tres nets chez hobbes, suggerent de situer ces evolutions au cours de la periode de l'abandon progressif de l'aristotelisme medieval au profit du nominalisme. La mutation philosophique qui s'opere alors co nsiste en un oubli de la relativisation de la loi par les choses qui laisse le champ libre au deploiement anrachique de la volonte de la rai son et des faits bruts. Ce qui masque d'abord les choses est l'intellibilite scotiste qui impose au monde le jeu dissolvant de ses formes separees. La se pratique la reduction des choses et la naissance d'un pre mier rationalisme juridique en est la consequence, immediatement accompagn ee d'une surevaluation de la volonte. L'equilibre rompu laisse place a un retour empirique a la chose, mais une chose desormais reduite a la matiere, incapable donc de s'opposer au developpement de la volonte. Cel le-ci oscille a son tour entre une construction rationaliste et un pur arbitraire. La rupture ainsi consommee par occam sera irreversible. Il est possible de faire l'histoire de la transmission des ces acquis a travers la tradition nominaliste et au dela d'elle, jusque chez ses adve rsaires avoues. Au seuil de l'age moderne la vaste synthese suarezienne se nourrit surtout de scot et d'occam. Loin de tenter de revenir vers les choses elle s'edifie sur les bases mal assurees de la rationalite conquerante et de la volonte desordonnee, liees par une metaphysique du concept d'etre. Une conception de la loi tres nouvelle par rapport au point de depart- le texte de st thomas- accede alors a la definiti on; elle ne sera plus jamais remise en cause, c'est pourquoi elle nous est si familiere.


  • Résumé

    The origin of defects in themodern statute-law must be searched in the philosophical changes which have affected the concept of law, themselves must be understood in the light of ontology. Clear signs of that may be noted in hobbes' works. This means that the changes of concept of law is a consequence of the new nominalism born with duns scot and william of ockham. These authors have lost the reality of things and then, they could no more conceive the statute-law in relation with them. Having destroyed the things by separated rorms or by empiriscism they cannot impeach that the statute-law becomes a pure will or reason. Suarez, the great spanish scolastic author, delivers these medieval concepts to our modern age; we are in the inheritance of them.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Rennes I. Service commun de la documentation. Section sciences juridiques, politiques, économiques et de gestion.
  • Accessible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université de Rennes I. Service commun de la documentation. Section sciences juridiques, politiques, économiques et de gestion.
  • Accessible pour le PEB
  • Cote : TGRENN1986/3
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.