Informations incomplètes et contraintes d'intégrité : le moteur d'inférences sherlock

par Marie-Odile Cordier

Thèse de doctorat en Informatique

Sous la direction de Daniel Kayser.

Soutenue en 1986

à Paris 11 , en partenariat avec Université de Paris-Sud. Faculté des Sciences d'Orsay (Essonne) (autre partenaire) .


  • Résumé

    Le problème des informations incomplètes dans les systèmes déductifs est un problème crucial et bien connu ; on peut le résumer ainsi : étant donné une description incomplète du monde réel, comment répondre de la manière la plus adéquate aux requêtes posées par l’utilisateur sur ce monde ? On trouve principalement deux grands types d’approches au problème des informations incomplètes dans les systèmes d’informations : 1- Dans la première, la description du monde est complétée par l’intermédiaire de métarègles telles que « tout ce qui n’est pas affirmé par l’utilisateur est faux » ou « tout ce qui n’est pas dit est « normal » ». La requête de l’utilisateur est ensuite évaluée sur cette description « complétée ». Le raisonnement est de type raisonnement par défaut. 2- Dans la seconde approche, les différentes possibilités sont explorées afin de détecter le ou les contextes satisfaisant la requête de l’utilisateur. Il y a raisonnement hypothétique. SHERLOCK est un moteur d’inférences. Il se situe dans le cadre de la seconde approche « raisonnement hypothétique ». L’utilisateur décrit ses connaissances dans un langage de type logique du premier ordre par l’intermédiaire d’un ensemble de règles de déduction et de contraintes d’intégrité. Il peut en particulier exprimer des informations disjonctives. SHERLOCK est dans la lignée directe de ATMS de de Kleer et de MBR de Martins et Shapiro ; les assertions sont associées aux ensembles d’hypothèses ayant permis de les déduire. Le problème du retrait d’une assertion (retour sur une hypothèse) est ainsi évité et le raisonnement reste monotone. Les contraintes d’intégrité permettent de détecter les ensembles d’hypothèses incohérents. Le problème des informations incomplètes est tout d’abord posé, en donnant des définitions précises de ce qu’est une Base de Connaissances consistante, correcte, complète, CWA-complète et incomplète et en décrivant les principales approches possibles. La Base de Connaissances est supposée être un ensemble de formules logiques et les définitions sont données en utilisant les notions de modèles d’une théorie logique. Les idées de base de SHERLOCK et les principaux choix de l’implémentation sont décrits. SHERLOCK est ensuite comparé avec les travaux qui lui sont proches et en particulier avec ATMS. SHERLOCK est un écrit en lelisp, tourne sur Vax et est issu du moteur d’inférence TANGO.

  • Titre traduit

    Using integrity constraints for reasoning on incomplete information: the sherlock system


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (204 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 197-204

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris-Dauphine (Paris). Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université Paris-Sud (Orsay, Essonne). Service Commun de la Documentation. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 0g ORSAY(1986)233
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH2014-034350
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.