La demesure de la parole (les discours des cafes au xviiieme siecle : position et negation)

par CHRISTIAN RABY

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de J-ROBERT ARMOGATHE.

Soutenue en 1986

à Paris 10 .


  • Résumé

    La demesure de la parole et le desoeuvrement constituent les deux notions clefs pour une lecture des cafes au xviiieme siecle. Chacune d'elles represente la norme theorique et pratique qui rend compte des comportements et des discours de la clientele de ces lieux. Le cafe est un espace ou les individus se deconstruisent socialement pour rechercher une individualite qui ne serait pas la verite d'une organisation sociale particuliere mais la verite universelle de l'etre. Le cafe a donc ete analyse comme un espace de negation, c'esta-dire un espace qui non seulement nie toute essentialite aux valeurs socialement existantes mais encore toute valeur a une quelconque determination sociale. Cette universalite formelle de l'etre induit des discours qui s'organisent selon une logique qui les rend a la fois coherents d'une maniere interne et tous deductibles les uns des autres (discours veut dire, manifestations interpretatives du monde). On peut etablir une phenomenologie organisant cinq figures de discours. Depuis le refus de toute parole et de toute action (n'etre-rien) jusqu'a la proposition d'une reforme du monde tout en niant des valeurs d'ancienregime (reformateurs ou philosophes des lumieres : ontologisation de la raison), les deux etapes intermediaires manifestant soit la derision comme discours sur le monde mais refusant de s'y maintenir, soit le parasitisme en tant que conciliation entre detachement vis-a-vis du monde et utilisation de ce dernier a des fins particulieres. Cette phenomenologie des discours de la negation s'appuie sur de nombreuses references d'archives, manuscrites ou imprimees. Elle permet la constitution de la structure generale d'une philosophie de l'histoire s'articulant sur une theorie des discours pour laquelle le lieu de l'enonciation est determinant.


  • Résumé

    Inordinate speech and idleness are the two keys to the interpretation of cafes in the 18th century. Each key represents the practical and theorical norm that gives an account of customers' behaviours and speeches in these places. The cafe is the space where individuals relieve themselves socially to seek an individuality that would not be the truth of a particular social organization, but the universal truth of the being. The cafe has thus been analysed as a negation space, that is a space that not only denies any essentiality to social existing values, but furthermore denies any value to any social determination. This formal universality of being induces discourses organized in accordance with a logic that makes them at the same time coherent rent in an intrinsic way, and all deductible from one another (discourse means : interpretative manifestations of the world). One can establish a phenomenology organizing five figures of speech. From refusing to say anything or do anything (being-nothing) to proposing a reform of the world while denying the ancien regime's values (the enlightenment reformers and philosophers : the ontologisation of reason), the two intermediate stages showing either derision as a speech about the world but refusing to retain it, either the parasitism as a conciliation between disregard for the world and the use of the world for particular purposes. This phenomenology of negation discourses is based on numerous - handwritten or printed - archives references. It anables to constitute a general structure for a philosophy of history orga- nized on a discourses theory, to which the place where the state- ment is made is determining.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.