Le cinéma et l'imaginaire en Afrique noire : essai sur le cinéma négro-africain

par Pierre Haffner

Thèse de doctorat en Cinéma

Sous la direction de Jean Rouch.

Soutenue en 1986

à Paris 10 .


  • Résumé

    "Le cinéma et l'imaginaire en Afrique noire" est un essai sur la signification du cinéma négro-africain, un ensemble de films que l'on peut caractériser comme celui de la première génération de l'indépendance (1960 1985). Cette génération, malgré la diversité des États, des langues et des idéologies, constitue un tout organique, faisant du cinéma négro-africain une sorte de concept que l'on a voulu situer sur trois plans. L’on a d'abord cerne la personnalité du cinéaste d’Afrique noire, en tenant compte de ses origines sociales, de sa formation et de ses rapports à la classe dirigeante. La caractéristique fondamentale de cette personnalité est l'engagement politique, largement fonde sur l'idéologie panafricaniste, si importante pour comprendre les mouvements indépendantistes. L’on a ensuite décrit les réalités du cinéma négro-africain, et d'abord du cinéma en Afrique noire, c'est-à-dire de la situation de l'exploitation, de la distribution et de la production. Le troisième plan, justifiant le titre, est celui de l'imaginaire, car il apparait que l'ensemble de ce phénomène cinématographique n'est compréhensible que par la référence à l'imaginaire, conçu en l'occurrence comme une faculté de faire exister une production proprement négro-africaine, en fonction des idéaux qui caractérisent les cinéastes, contre les difficultés les plus objectives. Cet imaginaire, sur le plan esthétique, ne conduit pas à un cinéma fantastique ou laisse à l'investigation analytique ou anthropologique, mais ancre dans le quotidien et articule sur des projets critiques soucieux d'accélérer les changements sociaux. "Le cinéma et l'imaginaire en Afrique noire" cerne un phénomène - la production cinématographique d’Afrique noire- en l'inscrivant dans une globalité, que l'on a décrite par la chronique puis par l'entretien. La réflexion est ainsi déterminée par une approche de divers lieux ou le cinéma peut s'observer la salle- le publique, le festival, le lieu de tournage- et par des entretiens avec les personnalités marquantes de ce cinéma : Paulin Vieyra, Sembene Ousmane, Souleymane Cisse, Inoussa Ousseini et Tahar Cheriaa.

  • Titre traduit

    The imaginary world of cinema in black Africa : an essay on black African cinema


  • Résumé

    "The imaginary world of cinema in black Africa" is an essay on the meaning of black African cinema that bears on the films that can be characterized as those of the first generation after independence (1960-1985). This generation, in spite of a variety of states, languages and ideologies, makes up an organic whole, hence black African cinema as a sort of concept that can be analyzed on three levels. First we tried to delineate the personality of the black African film-director, taking into account his social origins, his training and his relationship with the ruling class. The fundamental characteristic of this personality lies in his political commitment, mostly based on pan Africanist ideology, which is so important to understand independence movements. Next we describe the realities of black African cinema, especially cinema in black African namely the conditions of exploitation, distribution and production of films. The third level, which justifies our title, is that of the imaginary world because it appears that this cinematographic phenomenon as a whole can only be comprehended when one refers to an imaginary world, understood as the faculty to make a specific black African production exist, in relation with those ideals that are particular to those film-makers, and up against the most objective difficulties. The imaginary world, on an aesthetic plane, will lead neither to a fantastic cinema, nor to analytical or anthropological investigation, but to a cinema steeped in daily life and based on critical projects intended to accelerate social changes. "The imaginary world of cinema in black Africa" tries to give an account of a phenomenon- namely cinema production in black Africa- by inserting it in an overall picture, which has been described in diary form and by means of interviews. Judgment can be exercised through an approach of the various places where cinema can be observed: the picture-house, the film festival, the filming location, and also through interviews with eminent cinema personalities.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (749 f.)
  • Annexes : Bibliogr. p.697-711. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Nanterre. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T7038

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Service Interétablissement de la documentation (Saint-Martin-d'Hères, Isère). Bibliothèque universitaire Droit-Lettres.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : MF 200463/1986/11
  • Bibliothèque : Institut national d'histoire de l'art. Collections Jacques Doucet (Paris). Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : MFiche 223/1068
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.