Question ouvriere et rapports sociaux en algerie. L'ouvrier, l'atelier et le bureaucrate

par Saïd Chikhi

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Pierre Dubois.

Soutenue en 1986

à Paris 7 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Cette etude se propose de mener une analyse de la question ouvriere au service d'un examen des rapports sociaux en algerie. Elle se presente a la fois comme un travail historique et comme un travail sociologique. Dans un premier temps, nous procedons a l'examen des conjonctures historiques dans lesquelles les ouvriers se sont formes en groupes et ont evolue. C'est, aussi, l'occasion pour nous de reperer les pratiques sociales dominantes qui ont accompagne la formation de ces groupes ouvriers et qui ont contribue, en les objectivant, a les positionner dans l'architecture de l'ordre social. Dans un deuxieme temps, nous nous interrogeons sur les significations du travail en usine, des comportements ouvriers et des strategies mises en oeuvre par les groupes sociaux dominants. Cette etude s'articule autour de trois idees centrales : -les ouvriers algeriens ne sont pas reconnus comme des "partenaires sociaux" ni encore moins comme parties prenantes dans les changements intervenus dans la structuration sociale qui est en train de se faire; -les ouvriers algeriens sont confrontes a un systeme technique de production qui ne permet pas de les considerer comme des ouvriers industriels; -les ouvriers algeriens sont confrontes a un systeme social ou les moyens de coercition economique sont plutot reduits alors que les fonctions de controle social et les moyens disciplinaires sont dominants. De l'ensemble de ces conditions decoulent deux consequences majeures : les ouvriers sont condamnes a une non-identification au travail vecue a partir de leur inexpression et de leur marginalisation sociales et c'est cette situation qui est decisive dans la dislocation des rapports sociaux et dans la regression de toutes les "strategies de developpement" dans le sous-developpement.

  • Titre traduit

    Labour question and social relations in algeria the worker, the workshop and the bureaucrat


  • Résumé

    This study seeks to analyse the labour question in order to examine the social relations in algeria. It is presented both as a historical and sociological work. Firstly, we undertake an examination of the historical conjunctures in wich workers have formed groups and have evolued. This is also an occasion to find out about the dominant social practices that occured with the formation of these groups of workers, and that contributed to position them in the pattern of social order while objectivizing them. Secondly, we try and look at the significances of labour in factories, of workers' attitudes and of the strategies worked out by the dominant social groups. This study is built up around three main ideas: -algerian workers are not recognized as "social partners" and even less as participants into the changes that intervened in the ongoing global social structuration; -algerian workers are faced with a technical system of production which does not allow them to be considered as industrial workers; -algerian workers are faced with a social system where the means of economic coercion are rather reduced while the functions of social control and the disciplinary means are dominant. Two major consequences result from all these conditions: workers are doomed to a non identification with labour as a result of their social inexpression and marginalisation. It is this situation that determines the dislocation of social relations and the regression of all the "strategies of development" in the under-development.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • Accessible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.