Les sociétés secrètes nationalistes à Madagascar dans la première moitié du XXème siècle : V.V.S. (Vy Vato Sakelika) 1913-1915, PA.NA.MA (Parti National Socialiste Malgache) 1941-1947, JINY (Jeunesse nationaliste) 1943-1947

par Benjamina Ramanantsoa Ramarcel

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Catherine Coquery-Vidrovitch.

Soutenue en 1986

à Paris 7 .


  • Résumé

    La lutte contre l'ordre colonial se manifesta assez tôt à Madagascar et ira crescendo tout au long de la première moitié du vingtième siècle, et atteindra son paroxysme avec l'insurrection populaire de mars 1947. Prenant des formes variées, allant des mouvements de résistances primaires à la lutte politique dirigée par des partis autochtones, en passant par les révoltes populaires spontanées et localisées, la littérature de dénonciation dans la presse et les grèves ouvrières, elle est le témoignage du non-consentement des malgaches dominés à leur domination. Cette période voit aussi l'émergence et le développement dans l'ile de groupements clandestins nationalistes qui vont participer à cette intense activité politique et sociale. Trois sociétés secrètes sont ici privilégiées: -la V. V. S. ( Vy Vato Sakelika) (fer pierre ramification) qui s'est organisée et développée à l'initiative des étudiants de l'école de médecine indigène de Tananarive de 1913 à 1915. Les débuts d'une organisation politique des malgaches remontent à cette société secrète. -le PA. NA. MA. . (Parti National Socialiste Malgache) qui s'est créé en 1941 à Tamatave sous l'instigation de jeunes fonctionnaires issus de la génération de l'entre-deux-guerres. - la JINY (jeunesse nationaliste) organisée à Manakara en 1943 sous l'impulsion de leaders ruraux et d'anciens V. V. S. Ces deux dernières associations clandestines vont être les principaux instigateurs de l'insurrection malgache de 1947. Faisant largement appel aux témoignages des protagonistes eux-mêmes, anciens militants de ces groupements clandestins, cette étude essaie de saisir la dynamique du mouvement national malgache à cette période à partir de l'une de ses structures politiques d'encadrement, les sociétés secrètes.

  • Titre traduit

    The nationalist secrete societies in Madagascar in the first half of the twentieth century: V. V. S. (VY Vato Sakelika) (iron, stone, ramification) PA. NA. MA (Parti National Socialiste Malgache) (Malagasy Socialist National Party) - JINY (Jeunesse Nationaliste) (Nationalist Youth))


  • Résumé

    The struggle against the colonial order happens rather early in Madagascar and it will go crescendo all along the first half of the 20th century and reach its climax with the popular insurrection of march 1947. Taking various forms, which go from the movements of primary resistances to political struggle led by autochton parties, passing through localised and spontaneous popular rebellions, the literature of denonciation in the press and workmen strikes, this struggle is the mark of the dominated malagasy people's non assent to their domination this era has also witnessed the emergence and the development, in the island, of some nationalist clandestine groups which will take part in this intense social and political activity. Three secrete societies are privileged here: -the V. V. S. (Vy Vato Sakelika) which was organised and developed on the initiative of the students of the native medical school of Antananarivo, from 1913 to 1915. The malagasy political organisation began with this secrete society. -the PA. NA. MA. (Parti National Socialiste Malgache) which was created in Tamatave in 1941 on the instigation of some young civil servants who had come from the generation of the period between the two world wars. -the JINY (Jeunesse Nationaliste) organised in Manakara in 1943 under the impulse of some rural leaders and some ex-V. V. S. The last two clandestine associations will be the main instigators of the malagasy insurrection of march 1947. Appealing largely to the witnesses of the protagonists themselves, ancient militants of these clandestine groups, this study is an attempt at seizing the dynamic of the malagasy national movement at this era, from one of its framing political structures, the secrete societies.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (465-346 p.)
  • Annexes : Réf. Bibliogr. f. 335-345

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque :
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : TL (1986) 070
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.