L'éducation des jeunes dans la société mongo au Zaïre : les Nkundo de Mbandaka et les Ntomb'e Maloko de Bikoro

par Albertine Lokonda Nkoto

Thèse de doctorat en Ethnologie

Sous la direction de Claude Rivière.

Soutenue en 1986

à Paris 5 .


  • Résumé

    Cette étude débute par un aperçu sur les origines et les migrations des Mongo. Descendants de l'ancêtre mbombiyanda, les mongo émigrèrent du nord vers le sud en suivant la vallée du Nil, débouchèrent au zaïre par la région dite haut-zaïre. Après des batailles sanglantes, ils occupèrent les terres actuelles dont l'étendue est d'environ un - cinquième du zaïre. Quant aux terres des nkundo de mbandaka et des ntomb'e maloko étudies, on peut les estimer a environ un - trentième du domaine mongo. La deuxième partie explique les structures sociales et politiques des mongo. Les deux sont basées sur la parente. L’aspect politique étant fondé sur l'autorité de la famille nsomi. Après avoir défini l'éducation, nous en présentons les différents agents. En plus du rôle important joue par la mère et sa parente, ceux-ci sont surtout constitues par la parente paternelle. Quant aux moyens de l'éducation, nous insistons notamment sur les rites. Dans le contenu de l'éducation, nous étudions les points suivants : la société pour mémoire, le langage, les métiers, le temps, le comptage, les us et coutumes, le savoir-vivre, les mœurs, la sagesse ancestrale et le patrimoine spirituel. La troisième partie nous montre comment ce système éducationnel connait de nos jours une crise culturelle et sociale par la perte de l'autorité clanique et parentale, par l'introduction de nouveaux éléments culturels : école, nouvelles religions. . . La quatrième partie, après avoir montré la survivance de l'éducation traditionnelle, nous amène naturellement à la conclusion générale de notre étude.

  • Titre traduit

    The upbringing of the young in the mongo society in Zaïre : the Nkundos of mbandaka and the ntomb'e malokos of bikoro


  • Résumé

    This study starts with a general survey of the mongos'origins and their migrations. The mongos, descended from their ancestor mbombiyanda, emigrated from the north to the south, along the valley of the Nile, and came out into Zaïre across the region known as high-Zaïre. After bloody battles, they occupied the lands where they now live and which cover about one-fifth of Zaïre. As for the lands of the nkundos of mbandaka and of the ntomb'e malokos, they can be estimated at about one-thirtieth of the mongo domain. In the second part, the social and political structures of the mongos are explained. Both structures are based on kin. The political aspect is based more particularly on the authority of the nsomi family. After the upbringing has been defined, its various agents are set out. Besides the important role played by the mother and her relatives, these agents are above all the relatives on the paternal side. As for the means of this upbringing, the stress is laid especially on their rites. In the elements of their upbringing, the following points are studied : society (as seen before), language, jobs, time, counting, habits and customs, manners, morals standards, ancestral wisdom and spiritual inheritance. The third part shows how this educational system is nowadays experiencing a cultural and social crisis, through the loss of the authority of the clan, and a parental crisis through the introduction of new cultural elements such as : schools, new religions. . . The fourth part, once the survival of the traditional upbringing has been demonstrated, leads naturally to the general conclusion of this study.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (825 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 806-816. Index

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Paris - Bibliothèque de Sciences Humaines et Sociales (Paris). Service commun de la documentation.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.