La phénoménologie du temps : une reconstitution du concept de la perception

par Wioletta Miskiewicz

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Jean-François Marquet.

Soutenue en 1986

à Paris 4 .


  • Résumé

    Connaitre l'évolution de certains concepts s'avère absolument fondamental pour comprendre la phénoménologie, en suivre le mouvement et réitérer les analyses. Nous analysons la relativisation de la radicalité de la réduction phénoménologique, l'abandon de la théorie de la représentation, l'introduction du concept d'immanence pure, la distinction entre évidence apodictique et évidence adéquate. Nous étudions les rapports complexes qu'entretiennent entre elles les phénoménologies des diverses voies. Nous avons ajouté à ces évolutions la modification du concept de perception au sein de la théorie du temps. Notre lecture des Leçons pour une phénoménologie de la conscience intime du temps (dans l'horizon théorique des manuscrits sur le temps) nous a livré le concept d'ensemble d'appréhension qui, tout en conservant son unité, possède une extension temporelle. Il devient pour Husserl l'outil méthodologique de description de la conscience intime du temps. Représenté par les diverses "figures du temps", il dépeint le fonctionnement de la modification retentionnelle, l'intentionnalité double de la constitution temporelle. Et le passage qualitatif de l'un vers l'autre est rendu exhaustif grâce à la constatation de la conscience du temps absolu. Le principal problème que pose notre interprétation est celui de l'identité de l'ensemble d'appréhension à travers sa continuité. Cette question vient en fait renforcer notre interprétation, puisque le problème de l'individuation devient à partir d'un certain moment le sujet principal des travaux husserliens (les manuscrits de Bernau). *"senti" devient le concept relationnel, "perçu" possède l'extension temporelle.

  • Titre traduit

    The Phenomenology of time : a Reconstitution of the Concept of Perception


  • Résumé

    In order to understand phenomenology, to follow its evolution, and be able to renew the analyses, knowledge of the evolution of some concepts turns out to be absolutely essential. We analyze in this thesis the relativisation of the radicality of phenomenological reduction, the dismissal of the theory of representation, the introduction of the concept of pure immanence, and the distinction between apodictic evidence and adequate evidence. We study the complex relationship between the different ways of phenomenology. In addition to those evolutions we study the modification of the concept of perception in the theory of time. Our reading of Vorlesungen zur phanomenologie des inneren zeitbewusstseins (with the theoretical background of the manuscripts on time) gave us the concept of apprehension set, which preserves its unity while being temporally extended. For Husserl this concept became a methodological tool for the description of the inner consciousness of time, the concept was represented by the many "figure of time", it depicts the workings of retentional modification, and the twofold intentionality of constitution. "Felt" becomes a relational concept where as "perceived" has temporal extension and the qualitative transformation from one to the other is made exhaustive by the constatation of the conscience of absolute time. The main problem revealed by our interpretation is that of the identity of the apprehension set along its continuity. The existence of this problem in fact strengthen our interpretation, since the problem of individuation becomes from a given moment the main subject of Husserl’s work (Bernau manuscripts).

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Sorbonne Université. Bibliothèque de Sorbonne Université. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 0976
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.