Operosa antra : essai sur un thème de l'imaginaire romain

par Henri Lavagne

Thèse de doctorat en Études latines

Sous la direction de Pierre Grimal.

Soutenue en 1986

à Paris 4 .


  • Résumé

    Les grottes artificielles (operosa antra) ont ete etudiees depuis la fin de la republique jusqu'au iie siecle de l'empire. On a cerne leur evolution comme image dans la mentalite et comme temoignage archeologique. Heritee de la civilisation grecque et hellenistique, l'image a ete illustree par la grotte de philoctete, celle de dionysos, et celle de pan, qui ont amene a la definir comme la demeure inhabitable par opposition a la maison dans la cite. Pour le domaine hellenistique, elle est apparue comme une invention de l'art de cour chez les lagides: exemples des antres de la tente de ptolemee philadelphe, de la grotte de pierreries de ptoleme philopator et du sanctuaire de pan a alexandrie. A rome, les conditions de son apparition sont quadruples: intellectuelles (les milieux hellenises), religieuses (sentiments du caractere divin de l'antre), esthetiques (naissance de l'art du paysage), techniques (invention du "ciment" et d'un decor specifique, les rocailles et la mosaique). Illustration par divers exemples republicains (tibur, formies, rome). Reaction de la sensibilite par le temoignage des poetes (lucrece, virgile, horace, properce, ovide). Entre tibere et hadrien, c'est l'age d'or de la grotte, atteste par les grottes de sperlonga (tibere), le nymphee de la maison d'or (neron), celui de castelgandolfo (domitien), le serapeum de la villa d'hadrien. Mais la grotte est aussi un phenomene de mode, comme en temoignent les villas de la cote campanienneet les maisons de pompei et d'herculanum. Les poetes de l'epoque flavienne vont en donner une image plus dramatisee. De grotte d'agrement, elle devient lieu d'effroi et de malefices. (lucain, stace, v. Flaccus, s. Italicus), ce qui prepare son adoption par la religion mithriaque comme sanctuaire des mysteres. Le christianisme naissant combat cette image comme lieu de tenebres, avant de l'adopter comme le cadre sacre de la naissance et de la mort du christ.


  • Résumé

    Artificial grottoes (operosa antra) have been studied here since the end of the republic to the second century. We have delt both with the image in the mentality and archaeological monuments. As it is inherited from classic and hellenistic civilizations, the image has been illustrated by philoctetes "grotto, dionysos" one and pan's; it results of it that it may be considered as a homeless home, as opposed to the house in city-life. As for the hellenistic times, it has appe-ared as an invention of the princial art at the lagids court. Examples of the grottoes in the tent of ptolemy philadelphos, of the cave made of jewels of ptole-my philopator and the pan's sanctuary in alexandria. In rome, the conditions of advent are four: intellectual (the "milieux" of the roman hellenism) religious (the feeling that the grotto is of divine nature), aesthetical (origin of landscape painting), technical (invention of the cement and of a specific decoration made of porous rocks and mosaics, as illustrated by different examples of republican times (tibur, formies, rome). Reaction of the sensibility through poet's testimony (lucretius, virgil, horace, propertius, ovide). From tiber to hadrian, we have the golden age of the grotto, illustrated by the sperlonga cave (tiber), the nymphaeum of the golden house of nero, the nymphaeum in castelgandolfo (domitian) and the serapeum in hadrian's villa. But grottoes are also a phenomenon of fashion as it can be seen by the villas of the campanian coast and the houses of pompei and herculaneum. The poets of the flavian times (lucan, statius, v. Flaccus, s. Italicus) present a more tragic image of it which prepares to its adoption by the mithraic religion as a sanctuary for the mysteries. Christianism at its beginnings fights against the image of the grotto as intended as a place of pagan darkness, but eventually adopts it as the holy place of christ's birth and death.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 1988 par Ecole française de Rome à Rome et par diff. de Boccard à Paris

Operosa antra : recherches sur la grotte à Rome de Sylla à Hadrien


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne Paris 4. Service commun de la documentation. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 0882/1-2
  • Bibliothèque : Institut national d'histoire de l'art. Collections Jacques Doucet (Paris). Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 4 Th 695 (1)
  • Bibliothèque : Institut national d'histoire de l'art. Collections Jacques Doucet (Paris). Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 4 Th 695 (2)
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : I 4= 12131-<1,2>
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 1988 par Ecole française de Rome et par diff. de Boccard à Rome

Informations

  • Sous le titre : Operosa antra : recherches sur la grotte à Rome de Sylla à Hadrien
  • Dans la collection : Bibliothèque des Ecoles françaises d'Athènes et de Rome , 272
  • Détails : 1 vol. (X-752 p.-[16] p. de pl.)
  • ISBN : 2-7283-0153-0
  • Annexes : Bibliogr. p. 705-714. Index
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?