La recherche de la lumiere interieure dans les romans de e. M. Forster

par Anne-Marie J Roman

Thèse de doctorat en Études anglaises

Sous la direction de Hubert Teyssandier.

Soutenue en 1986

à Paris 3 .


  • Résumé

    L'utilisation de la lumiere et de son contraire -- l'absence de lumiere, les tenebres, la non-lumiere -- est l'une des caracte- ristiques les plus remarquables du style de e. M. Forster, surtout dans ses romans. Les divers eclairages et les sources de lumiere naturelle ou artificielle soulignaient deja dans ses premiers ecrits de fiction les ambiguites, contradictions et tensions a l'interieur des personnages et dans leurs rapports entre eux et avec leur createur. Naguere traducteur privilegie des vacillements deontologiques et de la recherche esthetique de l'auteur dans les "romans italiens" largement influences par le mouvement impressionniste en peinture -- where angels fear to tread et a room with a view -- la lumiere, desormais interiorisee dans le paysage, dans la scene, puis dans le roman lui-meme, devient l'allegorie et le symbole d'une quete tant ethique qu'esthetique dans les "romans anglais" -- the longest journey et howards end. Enfin, la lumiere parvient au role supreme de protagoniste et de maitre d'oeuvre dans a passage to india, apres avoir servi de guide et de principe informateur dans maurice et avoir tenu lieu de sujet -- notoire pour son absence declaree -- dans arctic summer. Dans son dernier roman publie, forster prononce l'echec de la quete de lumiere et de l'espoir de reconciliation des contraires dans la societe. Cependant, le romancier-devin propose une forme de salut, ou mieux un salut dans la forme, la redemption finale dans l'accomplissement de l'oeuvre d'art, la lumiere interieure a la composition rachetant l'absence de source d'espoir et de rayonnement a l'exterieur ou dans un ailleurs dont la vraisemblance est niee. L'esthetique l'empor- te definitivement sur l'ethique avec laquelle elle a fini par se confondre. Le legs final et la raison d'esperer preexistent et se per- petuent dans la quete de lumiere que l'on puise dans l'art qui demeu- re le seul ideal possible de l'artiste et de l'homme modernes.


  • Résumé

    The use of light and of its opposite -- the absence of light, darkness, the un-light -- is one of the most characteristic features of forster's diction, especially in his novels. In his early fiction already, the various lightings and sources of light -- natural and artificial -- underlined the ambiguities, contradictions and tensions within the characters and between them as well as with their author. Light was the favorite medium of the writer's deontological wavering and of his aesthetic quest in his "italian novels" deeply influenced by impressionism : where angels fear to tread and a room with a view. Later, light, inside a landscape, a scene, and inside the very novel, becomes the allegory and the symbol of an artistic and moral pursuit in the "english novels" : the longest journey and howards end. Finally light is promoted to the supreme role of protagonist and stage director in a passage to india, after having served as a guide and a formative principle in maurice and having been the center of interest -- remarkable for its declared absence -- in arctic summer. In his last published novel, forster pronounces the failure of the quest for light and of the hope of reconciling the opposites in the world. However, the novelist-prophet proposes a form of salvation, or rather a salvation in the form, the redemption through the comple- tion of the work of art -the light within the composition compensa- ting for the hope and brightness missing without or for another world whose probable existence is denied. The aesthetics definitely overcome the ethics in the novel, the two objects of the author's quest having merged. The legacy and the reason for hope preceded the creation and are perpetrated in the quest for the light to be found in art only and that remains the sole ideal conceivable for the artist and for the man in the modern world.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Charles de Gaulle. Service commun de la documentation.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 5417-1986-84
  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Section Censier.
  • Accessible pour le PEB
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : I 4= 12084-<1-2>
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.