"le non-lieu dans le theatre de samuel beckett"

par Geneviève Chevallier

Thèse de doctorat en Études anglaises

Sous la direction de Maurice Couturier.

Soutenue en 1986

à Nice .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    A partir de la notion juridique de non-lieu, soit la reconnaissance que le proces n'a pas trouve son objet, et qu'on ne peut conclure sur la raison de la presence, la these consiste a montrer que la presence des personnages en scene dans l'oeuvre dramatique de beckett est egalement sans objet, car sans origine ni fin. Ceci est etudie par l'analyse du lieu physique de la scene decor, corps des personnages ; la mesure des deplacements pour orienter cette scene, mouvements ne s'inscrivant qu'en fonction d'un temps ; l'analyse du temps sous ses divers aspects-reference, chronologie, duree; celle du langage enfin, autre mode d'inscription et de deplacement. Il ne s'agit pas de conclure sur l'absence de lieu- la representation a lieu, nous sommes au theatre- mais sur l'absence d'alibi, sur la singularite, a l'interieur d'un systeme culturel. Le reel est unique, ce qui pourrait lui donner du sens est le fait d'histoires, celles que les parlants inventent pour se faire reconnaitre et ou le sujet se perd par multiplica- tion. Cette singularite fait la fascination du spectateur, face a une scene sans issue.


  • Résumé

    Starting from the juridical decision that there is no ground for prosecution of a case, implying that the trial had no object, and that there is no justifying the case, the aim was to show that the presence of the characters on stage in the dramatic works of samuel beckett was pointless too. Consequently, we analysized the stage as a geographical place -setting and bodies of the characters seen as a "locus", the measure of the dis-placements on stage, to orientale it,within the unavoidable notion of time, studied in its various aspects-reference,chronology, duration. We concluded with the analysis of language as another mode of insertion and displacement. The idea is not to conclude on the lack of "ground", to use the juridical term -there is a ground, the stage-, but on the absence of alibi, that is on the singularity of reality, within a cultural system. Reality is singular, and its history, the attempts to give it a meaning, is a story, the tale the character invents to be recognized as a subject - a multiplication of self in which he gets lost. Such singularity founds the fascination of the spectator confronted with a dead-end mirror.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque :
  • Accessible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.