La doctrinne israélienne de la légitime défense

par Sophie Tubiana

Thèse de doctorat en Droit public

Sous la direction de Directeur de thèse inconnu.

Soutenue en 1986

à Nice .


  • Résumé

    Depuis le pacte de Paris de 1928, le recours à la guerre d'agression était devenu un crime international, et la charte de San Francisco de 1945 avait confirmé l'abolition de la compétence de guerre des états, sauf exception de légitime défense ; mais, dans ce cas, l'usage de la force avait un caractère provisoire, subsidiaire et contrôlé, jusqu'à l'intervention du conseil de sécurité, seul organe habilité à maintenir ou rétablir la paix. Malheureusement, les institutions prévues par la charte pour exercer le pouvoir de sanction n'ont jamais été mises sur pied, notamment en raison du désaccord constant entre les deux grands. Et dans sa courte histoire, l'état d'Israël, devant la carence constante du conseil de sécurité, allait être amené à utiliser légitimement la force dans ses relations avec les états arabes voisins pour assurer sa naissance, puis son existence. Après plusieurs conflits armés, les états arabes semblent s'être enfin résignés à admettre l'existence de l'état juif au proche orient. Malheureusement, l’O. N. U. A apporté un "facteur belligène" supplémentaire dans les relations internationales en légitimant une nouvelle forme de violence, la guerre de libération nationale. Israël, devenu au fil des années non plus l'état des juifs, mais le juif des états, se trouve donc confronte depuis 20 ans à la haine d'un mouvement de libération nationale, l'O. L. P. , qui utilise essentiellement le terrorisme dans sa lutte contre l'état hébreu. Face à ce moyen de combat, la charte est inadaptée, et la légitime défense devient le point de tension où se focalisent les distorsions entre le droit international classique et le droit international nouveau, issu de l'activisme du tiers monde et de l'assemblée générale. L’état juif va donc être amené à élargir considérablement sa conception de la légitime défense, sans jamais reculer devant l'usage de la force à titre préventif. Cette doctrine se trouve bien proche de celle des deux grands, qui n'hésitent pas à intervenir militairement pour défendre des intérêts qu'ils considèrent comme vitaux et non négociables. Si bien que dans l'état actuel du droit international, il parait difficile de concilier "les droits inaliénables" du peuple palestinien et "les droits imprescriptibles" de l'état d'Israël.

  • Titre traduit

    The israeli self defense doctrine


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (297-X f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliographie f. I-X. Annexes

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Nice Sophia Antipolis. Service commun de la documentation. Bibliothèque Droit et Science politique.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 86NICE0019bis

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH.MF.NICE.DROIT.1986
  • Bibliothèque : Université Toulouse 1 Capitole. Service commun de la documentation. Bibliothèque de la Manufacture des tabacs.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : GM1161-1986-16
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.